Les championnats d’Europe de padel 2021 qui se sont déroulés à Marbella ont été tout simplement un désastre en terme d’organisation et même une honte à maints égards. Jamais une compétition internationale n’a été aussi bâclée.

Derrière les paillettes, des incroyables manquements et une désorganisation générale ont surpris et même choqué de nombreuses nations.

Un article ne suffisant pas à regrouper tous les témoignages et parler de tous les thèmes liés à cet Euro, nous proposerons prochainement une série de posts sur les carences de cette compétition, les conditions dans lesquelles se trouvaient les équipes, les médias et nous reviendrons sur certains organisateurs dont le comportement continue de choquer.

Le silence des organisateurs

Premier élément particulièrement choquant : le silence assourdissant des responsables de cet événement. Aujourd’hui, nous n’arrivons toujours pas à comprendre précisément qui faisait quoi dans cette compétition.

Il faudra bien un jour que les institutions et organismes parlent des différentes fautes commises lors de ce championnat d’Europe, ils le doivent aux joueurs et aux nations. On s’étonne vraiment de voir le manque de transparence de certaines.

Marbella 2021 padel terrains annexes

Les principaux intervenants ont été contactés : Fédération Internationale de Padel, Fédération Espagnole de padel, Fédération Andalouse de Padel et évidemment Padel View, et le capitaine messieurs de l’équipe d’Espagne Juanjo Gutierrez, incontournables lors de l’événement.

La FIP, par exemple, avait justement réalisé de très bons championnats d’Europe en Italie il y a 2 ans. Et les joueurs apprécient de plus en plus les étapes des FIP Tour. La FEP est une grande Fédération de padel avec les meilleurs joueurs mondiaux, la FAP offrait de beaux événements…

C’est pourquoi, nous avons tenté de comprendre comment fonctionnait la compétition ? Fonctionnait-elle différemment des autres ? Comment sommes-nous passés du succès de l’Euro italien en 2019 au naufrage de l’Euro espagnol en 2021 ?


Deux précisions cependant :

  1. La FEP a été parfaitement claire sur son implication dans ces Championnats d’Europe. “Elle n’est pas l’organisatrice“. Par conséquent, elle ne peut pas intervenir sur une organisation dont elle ne sait rien. Ramón Morcillo, le Président de la FEP est revenu sur ce thème le 9 juillet dernier.
  2. La FIP a à priori délégué cette compétition. Sa responsabilité paraît limitée. Nous lui avons demandé plus de précisions officielles sur cette délégation et sur la compétition en général.

Comme indiqué dans l’article, nous reviendrons sur ce sujet et nous essaierons de revenir également sur “Gestion Deportiva Reunida“.


Un compétition sauvée par les joueurs

Une chose est certaine : les organisateurs peuvent dire merci aux nations qui ont porté et sauvé les championnats d’Europe de padel 2021.

Sans les joueurs, une compétition n’est rien. Et cette fois encore cet adage s’est révélé juste. Malgré une organisation désastreuse, les équipes ont joué le jeu jusqu’au bout pour nous offrir un superbe spectacle. Les nations ont sauvé une compétition très mal embarquée.

L’Espagne a tranquillement obtenu ses titres de Championne d’Europe de padel, que ce soit sur l’Open ou sur la compétition par sélections, chez les hommes comme chez les dames. Il existe encore incontestablement un fossé important entre les espagnols et les autres nations européennes.

Malgré cela, le niveau moyen européen augmente de plus en plus. De nouvelles nations débarquent aussi dans le padel. Les petites nations deviennent de plus en plus grandes et dangereuses. Le Danemark a même surpris son monde en prenant un point à la France, 3e nation européenne.

L’Italie, la Suède et la France ont été les nations phares derrière l’Espagne. Le Portugal a été le grand absent. Une nation pénalisée pour des raisons “politiques”, thème que nous n’aborderons pas ici mais qui a eu forcément une incidence sportive sur ces championnats.

Pareil pour l’Espagne, sanctionnée et non tête de série 1 du tournoi, parce qu’elle avait participé en 2019 comme le Portugal à l’autre championnat d’Europe de padel organisé par la FEPA (Fédération Européenne de Padel).  Une sanction en réalité pour les nations têtes de série qui allaient se retrouver avec l’Espagne. Conséquence : une compétition déséquilibrée avec notamment la France, vice-championne d’Europe et l’Espagne dans la même poule !

On touchera le fond lorsque les nations s’apercevront qu’il n’existe aucune réglementation écrite sur les championnats d’Europe de padel. 

Le public partout sauf au padel !

On espérait voir beaucoup de monde dans l’un des poumons du padel mondial. Marbella, une ville qui a vu le premier terrain de padel naître en terre espagnole.

La très bonne nouvelle : la ville vivait quasiment normalement. Les bars et discothèques étaient même ouverts. Les rues étaient bondées. Le seul endroit vide : les championnats d’Europe de padel.

France espagne public marbella padel
Demi-finale des Championnats d’Europe de padel 2021 : France vs Espagne.

Du premier au dernier jour, les championnats d’Europe de padel, qui se déroulaient sur le parking d’un centre commercial étaient totalement isolés du reste de la ville. L’excuse du COVID a du mal à passer : l’accès aux tribunes était gratuit, la ville était remplie de monde et les bars étaient à nouveau ouverts.

Le service de communication était-il à la hauteur ? Une autre raison explique-t-elle ce naufrage ? Nous essaierons d’y répondre.

Un amateurisme affligeant

Et ce n’est qu’un début. Mais là aussi, on vous promet qu’on essaiera de vous raconter ainsi l’intérieur d’un tournoi devenu parfois un calvaire pour les joueurs mais aussi pour les très rares médias présents sur le site.

Les droits d’images : surprise et étonnement

Nous reviendrons également sur ces fameux droits d’images qui ont beaucoup fait parler pendant la compétition. Car oui, en plus de l’amateurisme général des organisateurs, les nations, fédérations et médias ont dû payer pour réaliser des vidéos, des interviews filmées, des matchs des équipes sur les terrains annexes.

Nous avons interviewé les partis concernées. Nous avons tenté de comprendre les raisons et l’organisation de tout cela.

Quelles ont été les méthodes de commercialisation de ces droits d’images ?

Quels étaient également les propos tenus par les organisateurs pour faire payer les nations ? Et que disent-ils aujourd’hui ?

Nous reviendrons sur les propos tenus notamment par Padel View, une nouvelle entité inconnue du grand public, qui a joué un rôle central dans cet événement. Elle expliquait avoir acheté les droits d’images “très chers” à la FIP pour légitimer la vente de ces droits auprès de certaines nations / médias. Nous-même avons été confrontés à cet argument.

Sauf que la FIP aurait cédé les droits gratuitement même si nous n’avons pas réussi à obtenir une réponse officielle sur ce point. Et le discours de Padel View a soudainement bien évolué depuis…

Comment parler des achats de droits sans parler des conditions dans lesquelles les médias ont travaillé ? Pas d’électricité, pas d’espace où travailler, pas de wifi, pas d’eau. Les médias ont été accueillis d’une manière assez stupéfiante. Là aussi, l’excuse du COVID a bon dos. On vous racontera en images les conditions dans lesquelles nous avons travaillé.

Nous remercions les nations, joueurs et journalistes qui ont témoigné dans cette enquête et qui ne désirent qu’une seule chose : que cela ne se reproduise PLUS JAMAIS !

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.