Ramon Morcillo est le président de la Fédération Espagnole de Padel depuis fin 2020. Aux Championnats d’Europe de Marbella, l’Espagnol dresse un premier bilan de son mandat, et évoque des sujets polémiques.

Une croissance aussi en Espagne

Padel Magazine : Cela fait maintenant 9 mois que vous êtes à la présidence de la FEP. Quel bilan peut-on faire de ces premiers mois ?

Ramon Morcillo :“Je pense que le bilan est très positif. La première chose que l’on a faite a été de rétablir les relations avec les organismes internationaux, dont la FIP. Nous faisons maintenant partie de son assemblée dirigeante. Nous avons aussi rétabli les relations avec le World Padel Tour, avec lequel nous avons une très bonne relation.”

“Au niveau interne avec les fédérations des communautés autonomes, nous avons conclu des accords historiques. Nous sommes en train de construire une situation d’équilibre, et nous créons l’union.”

Padel Magazine : Nous parlons beaucoup de la croissance du padel dans les autres pays européens, mais qu’en est-il de l’évolution du padel en Espagne cette année ?

Ramon Morcillo :“Nous connaissons une grande croissance. Nous sommes passés de 75 000 licenciés en 2020 à 90 000 aujourd’hui, et il reste encore la moitié de l’année ! Nous n’oublions pas qu’une grande partie de cette croissance est due à la pandémie, et au fait que beaucoup n’ont pas pu pratiquer leur sport, et ont donc pratiqué le notre.”

“Nous devons faire en sorte que cela ne soit pas un succès éphémère, mais que cela puisse continuer. Que les gens qui se sont essayés à notre sport restent. C’est le challenge pour la fédération et les clubs.”

Padel Magazine : Les sélections féminine et masculine se sont proclamées championnes d’Europe. Quel est le message du président aux joueurs ?

Ramon Morcillo :“Bien sûr, je tiens à les féliciter, mais aussi féliciter ceux qui ont participé de tous les pays. Après la mauvaise année 2020, l’important était d’être ici et de participer. Nous retrouvons quasiment la normalité. 

L’Euro de Bilbao sans l’Espagne

Padel Magazine : Il y a un malaise général, notamment chez les médias qui ont du payer des droits pour montrer le padel. Le padel a besoin de visibilité, mais on fait payer la presse… Que pense le président de la FEP à ce sujet ?

Ramon Morcillo :“Je ne peux pas avoir d’opinion là-dessus, car la Fédération espagnole n’est pas l’organisatrice du tournoi. Les organisateurs font leurs accords, ici il y a un partenaire média. Je préfère ne pas avoir d’opinion car je ne sais ni ce qu’ils demandent, ni ce qu’ils font.”

Padel Magazine : Il y a deux ans, l’Espagne a participé à l’Euro de la FEPA. Cette dernière a annoncé l’organisation de ses championnats d’Europe qui auront lieu à Bilbao en octobre. L’Espagne participera-t-elle à ce tournoi ?

Ramon Morcillo :“Non, évidemment. D’ailleurs, l’une des premières décisions que nous avons prises a été celle de sortir de la FEPA. L’Espagne ne fait pas partie de la FEPA. Cet Euro sera pour les fédérations affiliées à la FEPA, et ce n’est pas le cas de l’Espagne. 

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.