Retour sur les coulisses des Championnats d’Europe de Padel 2021. Une compétition où la France a brillé et où les nations ont été au rendez-vous. Mais l’organisation a souvent été pointée du doigt.

Dans cette série de posts autour de ces championnats d’Europe, Benjamin Tison, le 81e joueur du WPT, l’un des cadres de la team France, nous donne son opinion sur cette semaine à Marbella.

Première partie de son témoignage sur la double confrontation France vs Espagne.

Nous étions à la Mecque du padel et pourtant…

“Ces Championnats d’Europe de padel promettaient d’être une grande fête pour les nations. La compétition avait lieu en Espagne, à Marbella, la Mecque du padel.

Les institutions nous promettaient un grand spectacle et une organisation optimale. L’Espagne semblait avoir toutes les cartes en main pour nous offrir une compétition exceptionnelle.

Plus de masques (sauf en intérieur), le public était le bienvenu, la ville grouillait de monde, la vie reprenait, rien ne semblait pouvoir entraver le bon fonctionnement général de la compétition.

De nouvelles nations participaient à la fête pour la première fois.

La FEPA (Fédération Européenne de Padel) et la FIP (Fédération Internationale de Padel) se sont même débrouillées pour ne pas refaire le coup de 2019 avec 2 championnats d’Europe de padel la même semaine.

Nous pouvions surfer sur l’envolée de notre sport en Europe.

Et pourtant, je pense qu’il y a une déception générale des joueurs sur cet événement.”

L’impact de la sanction contre-productive

team france messieurs marbella

“Cette année, on a cru comprendre que la FIP avait délégué tout ou partie de l’organisation de ces Championnats d’Europe à la Fédération Andalouse (FAP).

Sur Padel Magazine, on a appris que le rôle de la FIP (Fédération Internationale de Padel) et de la FEP (Fédération Espagnole de Padel) était limité et ainsi qu’elles n’étaient pas directement responsables. 

Sur place, en tout cas, pour les joueurs, c’était un peu compliqué de comprendre qui faisait ou ne faisait pas.

Les principales nations européennes étaient cette fois-ci présentes (sauf le Portugal malheureusement). L’Espagne, meilleure nation européenne, était bien là contrairement à l’édition 2019.

Pour sanctionner les Espagnols d’avoir joué les championnats d’Europe de padel de la FEPA il y a 2 ans, on croit comprendre que la FIP décide de ne pas les mettre tête de série 1.

Une sanction dommageable pour la compétition : comme si cette décision pouvait avoir un quelconque impact sur les ambitions espagnoles.

C’est une nation à part, qui écrase la concurrence pour l’instant, quelque soit son positionnement.

En croyant sanctionner l’Espagne de la sorte, elle sanctionnait en réalité directement une tête de série de sa poule qui allait donc se retrouver avec l’Espagne. Cette décision a certainement déséquilibré en partie cette compétition.

La France joue étrangement 2 fois l’Espagne

“La France héritera de l’Espagne dans sa poule. Conséquence, la France n’avait aucune chance d’être première de poule.

C’était le bon côté des choses : la France était censée être protégée d’une autre confrontation face à l’Espagne jusqu’à l’éventuelle finale.

En outre, le Président de la FIP, Luigi Carraro nous confirmait (aux joueurs de l’équipe de France) après les matchs de poule qu’il était en effet « impossible que 2 équipes présentes dans la même poule puissent se rencontrer à nouveau avant la finale », comme dans tous les autres sports au monde.

Tirage au sort : et un nouveau France/Espagne potentiel en demi-finale.”

Où se trouve la réglementation ?

“Nous interpellons les organisateurs, qui faisaient tout d’un coup référence à un règlement, introuvable à ce jour, qui permet une telle confrontation.

Simple péripétie, car c’est toujours un plaisir de jouer contre les meilleurs joueurs d’Europe.

Mais sportivement, est-il normal de jouer à deux reprises l’Espagne dans cette configuration ? Les organisateurs ne pouvaient-ils pas corriger cette aberration ?

Au final, l’équipe de France a fait le maximum avec de belles confrontations dont celle contre la Suède pour cette 3e place et nous avons eu l’honneur de jouer 2 fois l’Espagne.

Mais la France est compétitrice et comme le dit si bien le capitaine de l’équipe italienne Gustavo Spector : « un championnat d’Europe sans notre France / Italie n’est pas vraiment un championnat d’Europe ».”

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.