« Pour moi c’est trop tôt pour créer une Fédération Française de Padel. le sport est encore peu connu en France, quand on parle de padel aux gens ils te demandent sur quel plan d’eau tu pratiques et c’est encore loin d’être connu partout en France. », Nicolas Hervé de Beaulieu.

Cette citation peut paraître caricaturale, mais elle est malgré tout assez proche de la réalité. Son auteur est Nicolas Hervé de Beaulieu, le responsable du 4PADEL Bordeaux, un club privé de padel appartenant au groupe « le Five »a une belle expérience dans ce sport.

La situation est difficile, car le padel est encore méconnu en France, même si notre sport est en plein boom. Si cela est moins fréquent qu’il y a 5 ans, son homonyme nautique (le paddle) ne facilite pas la chose, provoquant souvent une confusion. Le premier challenge pour développer le padel est de le faire connaitre sur le territoire français.

La puissance économique de la FFT

L’arrivée de la FFT est, tout d’abord, apparue comme une bénédiction pour un sport qui manquait cruellement de ressources financières pour se développer.

Selon Lionel Maltese, en charge du développement économique de la la FFT, la Fédération pèse 325 millions d’euros. Le bénéfice de Roland Garros est de 75 millions d’euros : une ressource financière très importante que la fédération de tennis reçoit chaque année.

La capacité d’investissement de la FFT est donc considérable, et c’est l’utilisation de cette ressource financière qui est à étudier pour les membres de la FFT.

Les réponses aux questions suivantes déterminent les investissements de la FFT et la politique de cette dernière vis-à-vis du padel : À quelle hauteur investir dans le padel ? À qui donner les moyens de développer le padel en France ? Comment investir en s’assurant de bénéficier de retombées positives pour la fédération ?

La FFT a le soutien de la Fédération internationale

 « La FFT est très impliquée dans la fédération internationale politiquement avec Hubert Picquier », m’indique Melissa Martin, 3e joueuse française au classement du WPT, au cours de notre entretien.

En effet, Hubert Picquier est l’élu en charge du développement des clubs de tennis et du padel à la FFT, et membre du board du COMEX de la fédération internationale. Il est donc très impliqué et influant au sein de la fédération internationale. Ainsi, sa parole sera écoutée et ses requêtes facilitées.

Un projet de développement enivrant

À travers le lancement de plusieurs projets, la Fédération Française de Tennis montre sa forte volonté de faire du padel une de ses priorités.

La création du centre national d’entrainement (CNE) du padel permettra aux joueurs français d’avoir un réel quartier général avec les meilleures infrastructures. Ce centre d’entraînement sera néanmoins accompagné de très nombreux courts de tennis, montrant ainsi la volonté de la FFT d’associer ces deux sports.

La mise en place du FFT Padel Tour permet d’une part aux joueurs français d’évoluer dans un championnat compétitif à l’échelle nationale, mais aussi de faire le spectacle dans les villes françaises pour faire connaitre ce sport.

La mise en place d’une licence double est contestable pour les puristes du padel, mais elle permet à ces derniers d’avoir une porte d’entrée vers le tennis.

Enfin, le soutien financier aux clubs de tennis qui souhaitent construire des courts de padel dans leurs infrastructures, incite clairement à le faire.

Des inégalités peuvent éclater le monde du padel

Or, plusieurs inégalités dans les aides octroyées par la FFT apparaissent, engendrant le mécontentement des acteurs privés du padel.

La FFT est sur la bonne voie, mais elle peut faire bien mieux. En considérant les ressources financières et l’influence de la FFT, la question ne réside pas dans la capacité à faire mieux, mais bien dans la volonté à écouter et à avancer.

Pour cela, la FFT devra faire changer cette musique auprès de nombreux acteurs, joueurs et clubs de padel qui ont l’impression que la FFT a pour objectif principal d’utiliser le padel pour diversifier l’offre des clubs de tennis affiliés FFT.

Paradoxalement, la FFT investit comme personne dans le padel. Ne faudrait-il pas plutôt aider cette grande Fédération à mieux utiliser tout cet investissement financier et humain ?

Ne pourrions nous pas créer au sein de la FFT, une Fédération Dédiée au padel ou une structure reliée à la FFT mais en même temps pensé et adapté au monde du padel ?

Développer le padel main dans la main avec la FFT semble l’hypothèse la plus intéressante. Mais la FFT devra absolument “bouger” et “montrer concrètement qu’elle peut évoluer rapidement pour rééquilibrer ce développement du padel“.

Si le thème des clubs privés de padel n’est pas l’unique thème, on a pu voir déjà la FFT et la nouvelle association des clubs de padel privés vouloir s’entendre et poursuivre une aventure en parfaite intelligence.

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.