Nous avons eu la chance d’interviewer Léa Godallier, qui nous parle de son déménagement en Andalousie et de ses projets pour 2021 sur le World Padel Tour !

De Bordeaux à Malaga

Padel Magazine : Tu as récemment déménagé en Andalousie, pourquoi cette décision ? Peux-tu nous en dire plus ?

Léa Godallier : “Je suis venue vivre en Espagne pour mon projet professionnel de padel mais c’est aussi un projet de vie. Étant Tahitienne, il était important pour moi de me rapprocher de la mer. Malaga est une ville coup de cœur, je suis venue m’entrainer ici une semaine et dès le premier jour cela m’a plu. Ici il y a une vraie ferveur autour du padel, les clubs ne manquent vraiment pas pour s’entraîner et en plus je vais pouvoir faire du physique sur la plage.”

Padel Magazine : Quel genre d’entraînement peux-tu faire sur la plage ?

Léa Godallier : “L’idée c’est de se servir du sable pour travailler a la fois au niveau cardio et au niveau vitesse/explosivité tout en limitant les traumatismes musculaires. C’est quelque chose que j’ai toujours fait lorsque j’étais jeune et que je vivais sur Biarritz, et je suis très contente de pouvoir recommencer à le faire plusieurs fois par semaine. Une fois la séance terminée je peux mettre les jambes dans la mer, c’est parfait pour la récupération !”

Un nouveau projet avec un nouvel entraîneur

Padel Magazine : C’est la fin de ton projet avec Jorge de Benito ? Que retiens-tu de ces deux ans avec lui ?

Léa Godallier : “Lorsqu’on a commencé ensemble à Bordeaux en 2019, dès le premier entraînement, j’ai eu l’impression de découvrir ce qu’était le padel. Ce sont des moments que je n’oublierai jamais. Il m’a permis de progresser énormément puis m’a convaincue de me lancer en Espagne sur le World Padel Tour. Je suis maintenant classée numéro 53 et c’est en grande partie grâce à lui si je vis ce que je suis en train de vivre a l’heure actuelle. Il m’aura énormément appris, c’est une personne incroyablement gentille, et il restera évidemment un très bon ami !”

“Je vais forcément continuer à le suivre puisqu’il est désormais l’entraîneur de Carla Mesa (n°29 WPT), donc on continuera à se voir sur le circuit. Je lui souhaite beaucoup de chance dans son nouveau projet, et j’espère que je n’aurai pas trop souvent à les affronter car il me connaît par cœur ! (rires)”

Léa Godallier Guti entraîneur Malaga 2021

Padel Magazine : Peux-tu nous parler de ton nouvel entraîneur ?

Léa Godallier : “Il s’appelle José Luis Gutierez De Alamo (Guti), il travaille pour la fédération espagnole de padel, il a une grande expérience dans le monde du padel puisqu’il a entraîné entre autres Bea Gonzalez et Paquito Navarro. Le courant est très bien passé dès le premier jour et nous sommes d’accord sur le travail à accomplir. C’est une référence dans ce sport en Espagne et on s’en rend compte dès le début, il est très professionnel.”

De nouvelles ambitions

Padel Magazine : Tu passes de Madrid où jouent bon nombre des meilleurs joueurs et joueuses du WPT à Malaga, ce n’est pas plus compliqué de trouver des partenaires d’entraînement ?

Léa Godallier : “Plusieurs filles du World Padel Tour sont sur Malaga : Marta Caparros, avec qui je m’entraîne une fois par semaine, Andreina De Los Santes, Manuela Alaga… Comme dans toutes les grandes villes espagnoles, il y a beaucoup de gens qui jouent très bien, donc il n’y a vraiment aucun souci pour trouver des sparing de bon  niveau !”

Padel Magazine : Penses-tu que tu vas franchir un nouveau cap aux côtés de “Guti” ?

Léa Godallier : “C’est l’objectif, on va tout faire pour y arriver. J’entame ma deuxième saison à temps plein sur le World Padel Tour et évidemment l’objectif est de continuer à progresser en utilisant au mieux mon passé tennistique. Je souhaiterais aussi effectuer quelques ajustements techniques pour me permettre de proposer un padel plus agressif. De nos jours le padel évolue vers un jeu d’attaque toujours plus fort, c’est ce vers quoi je voudrais tendre. Pour cela il me faut un maximum d’armes, j’ai donc bien l’intention d’étoffer ma panoplie ! En parallèle, je poursuis un programme de travail physique spécifique pour pouvoir être a la fois plus agressive et plus résistante sur la piste.”

Léa Godallier vibora malaga 2021

La belle aventure continue avec Nox

Padel Magazine : Tu as renouvelé ton contrat avec Nox en 2021, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Léa Godallier : “Les deux premières années avec Nox s’étant très bien passées, nous avons décidé de continuer ensemble pour les deux prochaines saisons. J’ai reçu un tas de tenues toutes plus belles les unes que les autres, je vais donc être dans les meilleures dispositions pour affronter cette nouvelle année !”

Padel Magazine : Avec quelle pala te verra-t-on sur les courts cette année ?

Léa Godallier : “Comme vous avez pu le voir sur les photos, je serais cette année armée de la Nox AT10 Genius Arena, une pala incroyable, très polyvalente, et qui correspond parfaitement à mon jeu.”

L’équipe Padel Magazine tente de vous offrir depuis 2013 le meilleur du padel, mais aussi des enquêtes, des analyses pour essayer de comprendre le monde du padel. Du jeu à la politique de notre sport, Padel Magazine est à votre service.