Le Danemark connait depuis deux ans une accélération spectaculaire du développement du padel sur son territoire. Un sport désormais accessible partout, notamment grâce au travail de sa fédération. Nous avons rencontré Ole Egholm, son président.

Le travail sérieux et passionné d’une fédération

Padel_Denmark_Logo-1

La Danish Padel Federation (DPF) a été fondée en 2009, mais c’est en 2017, au cours de se restructuration que l’entité prend une réelle ampleur. Elle est alors reconnue comme fédération internationale de padel par la FIP.

Un collectif de passionnés, mené par Ole Egholm, qui fonctionne comme une association indépendante, avec ses propres finances. Toutes les activités menées par l’association sont faites par des passionnés bénévoles: “Dans le sport, c’est le cœur qui est à l’origine de la création”. 

La fédération compte une douzaine de partenaires, dont l’équipementier Head, ou encore Unisport.

Un imbroglio fédéral

La fédération danoise de tennis a tenté de supprimer notre fédération. Elle voulait adopter le padel comme une filiale du tennis. Nous avons questionné notre communauté de joueurs de padel : “Voulez-vous mettre l’avenir du padel dans les mains du tennis ?” Tous les joueurs, même ceux qui jouaient aussi au tennis ont dit non. Nous ne voulons pas être une filiale du tennis. Nous sommes un sport indépendant.

ole egholm danemark

En début d’année 2020, lors de l’assemblée générale, nous avons donc décidé de poursuivre avec la fédération de padel.

Ole Egholm a lutté pour permettre au padel de rester indépendant. Même si la capacité économique est inférieure, le sport peut poursuivre son développement de manière naturelle sans être gêné par les intérêts du tennis.

“À partir de là, c’est un peu le début d’une guerre. La fédération de tennis a tout de même créé sa filiale de padel, même sans nous. Ils ont le soutien gouvernemental. Nous avons donc une situation concurrentielle avec deux fédérations de padel au Danemark.”

“Nous négocions avec l’entité gouvernementale qui distribue l’argent consacré au sport. C’est nous qui organisons tous les tournois. C’est nous qui avons le réseau de joueurs. La fédération de tennis a employé quelques uns des meilleurs joueurs de padel, mais même eux ne pensent pas que le tennis doit développer le padel. Je constate aussi que la créativité des produits et des différents tournois et des structures vient des joueurs de padel, pas des gens du tennis.”

Ole Egholm pourrait nous enseigner l’indépendance du padel. Au Danemark, une fédération défend les intérêts et TOUS les intérêts de notre sport. Ils ont su faire face à l’arrivée de la fédération de tennis, et de tous les intérêts divergents du padel qui en découlent.

Diffuser la notoriété du padel, une priorité

La Fédération danoise de padel (DNF) veut absolument faire connaitre notre sport sur son territoire. Elle “aide les journalistes de manière rapide, juste et efficiente“.

padel danemark discussion federation

De plus en plus de terrains

Les chiffres au Danemark sont spectaculaires, le développement est exponentiel. En seulement deux ans, le nombre de terrains de padel a été multiplié par 6 ! (voir graphique ci-dessous)

graphique club de padel danemark

“Cette concurrence des fédérations n’est finalement pas si mauvaise, car elle permet aux courts de padel d’apparaître au Danemark.” Ole Egholm

On considère qu’au Danemark, deux tiers des courts sont des structures privées, et l’autre tiers sont des courts publics situés dans des clubs de tennis, de badminton, de football ou de golf.

Un sport désormais accessible

carte danemark courts de padel

L’augmentation des courts de padel au Danemark s’est faite conjointement sur l’ensemble du territoire.

Comme le démontre la carte ci-contre, les danois ont accès à des installations de padel dans toutes les régions de ce petit pays.

Les pays du Nord de l’Europe commencent progressivement à instaurer le padel sur tout leur territoire. Nous connaissons la situation du padel en Suède (avec notamment l’impulsion de Zlatan Ibrahimovic), ou encore celle aux Pays-Bas, mais la situation du Danemark est inédite par sa vitesse de développement.

De grandes ambitions pour un petit pays

“On ne va pas s’arrêter là ! On espère être à 350-400 courts (x2) avant la fin 2021. Il y a tant de créations en ce moment. Notre but est de hisser le padel dans les 20 plus grands sports au Danemark en 2025, mais je pense que nous allons atteindre cet objectif avant ” 

Ole Egholm conclut cette discussion plein d’espoir. Par l’initiative et le travail passionné de la fédération danoise de padel, le pays scandinave deviendra sans aucun doute une grande nation de padel.

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.