Bastien Blanqué est l’un  des tous meilleurs joueurs français . Champion de France de padel en titre, il est parti à la conquête de l’Espagne et du circuit professionnel pour vivre sa passion  et tenter sa chance  dans ce milieu ultra-concurrentiel. Ce bourreau de travail revient sur son début de saison, mais aussi sur son aventure à Madrid où il siège depuis plus de deux ans.

  • Depuis le début de saison, il y a eu beaucoup de changements. Peut-on déjà  y faire un bilan ?

Début d’année un peu difficile sur le circuit professionnel de padel, le World Padel Tour, avec 2 défaites au premier tour des pré-qualifications. Mais après Alicante, on vient enfin de débloquer le compteur. Et ça fait du bien. Je suis content de mon niveau de jeu en ce début de saison. En France, avec Johan Bergeron, on a remporté LE tournoi de début de saison avec la manière au 4PADEL de Valenciennes (1ère étape du FFT Padel Tour – P2000). Le jeu est en train de se mettre en place.  Notre cohésion avec Jo est toujours au top sur la piste !

  • Justement, quel est ce travail que tu mets en place avec ton coach Ramiro Choya ?

Avec mon entraineur, nous nous focalisons énormément sur la réduction des fautes directes, ce qui est finalement la base de ce sport comme me le répète assez souvent Ramiro.

Nous travaillons également un autre aspect primordial de ce sport qui est le lob, une bonne qualité de lobs permet de prendre le filet dans de meilleurs conditions et être ainsi plus offensif.

Tout cela demande donc d’être irréprochable physiquement c’est pour cela également que je suis très assidu à ce niveau là, et cela paye car je me sens de mieux en mieux sur la piste.

  • Lors de cette finale du FFT Padel Tour Valenciennes, on t’a vu particulièrement offensif. C’est aussi une nouvelle stratégie ?

Je me sens plus confiant dans mon jeu. En étant plus à l’aise, on peut faire des choses qu’on ne faisait pas avant. En étant plus offensif, en coupant les trajectoires, ça permet de donner moins de temps aux adversaires pour s’organiser. Mais pour le faire, j’avais besoin d’être serein dans le jeu en étant surtout plus régulier. Je suis dans un processus très intéressant et qui commence à ce voir. J’espère que ce n’est qu’un début.

Avec Ramiro, on a fait un gros travail dans ce jeu de fond avec plus de régularité et des lobs plus efficaces.

J’ai la chance d’avoir un groupe d’entrainement exceptionnel, je m’entraine de plus en plus tout seul avec Paquito Navarro, Juan Lebron et Alex Ruiz … rien de mieux pour continuer de progresser tous les jours.

Je pense que mes « bases » Padel et Physique sont beaucoup plus fortes que l’année dernière donc ça me permet d’être plus relâché, plus confiant et de me libérer totalement sur le terrain.

  • Très récemment, tu as eu de l’actu liée à ton partenaire du WPT…

Effectivement, petit changement de ce côté là. J’ai commencé la saison avec Jacobo Cendon comme annoncé mais cela a changé depuis peu, pour tout vous dire il m’a dit qu’il ne voulait plus jouer avec moi dimanche juste avant la finale de Valenciennes.

Timing assez problématique car 48 heures avant la fin des inscriptions pour le WPT d’Alicante mais dès mon retour sur Madrid, lundi, nous avons essayé de trouver un joueur avec Ramiro Choya. J’ai donc joué ce tournoi avec Raul Medina un jeune joueur de 19 ans de Palma de Majorque qui était venu s’entrainer avec nous une semaine l’année dernière et qui joue bien donc assez content et soulagé vu le temps imparti.

Nous avons fait un bon tournoi avec Raul, nous gagnons le premier match en deux sets et perdons le deuxième, mais que du positif à retenir.

Pour la suite de la saison, nous en discuterons avec Ramiro Choya à son retour d’Alicante.

  • Cette victoire en France avec Jo, ça permet de lancer votre saison ? Ça va aider pour l’Espagne ?

Cette victoire peut en effet lancer cette saison. Je me sens bien depuis le début de saison et mon jeu évolue avec des bases plus solides. Une victoire qui donne confiance et qui rassure pour la suite en Espagne.

J’avais abordé cette première étape très sereinement, on n’était pas favoris car nous étions que tête de série 2 et ça faisait quelques mois que Johan et moi n’avions plus joué ensemble.

Avant ce tournoi on avait fait quelques jours à Barcelone, on a tout de suite retrouvé cette complicité sur la piste et en-dehors, donc je n’étais pas du tout inquiet.

Après, sur chaque match à Valenciennes, un bon échauffement avant les matchs, de la rigueur et du plaisir. Très content du premier tournoi !

  • On sent le Bastien d’aujourd’hui, plus confiant et bien dans sa tête…

Effectivement, c’est le fruit d’un long travail sur le physique, le padel et le mental.

Je travaille beaucoup physiquement, ce qui me permet d’être en forme sur la piste.

Ensuite, les objectifs sur lesquels nous nous sommes accès avec Ramiro Choya (pas de fautes, lobs efficaces) me permettent d’être plus régulier, plus confiant et donc plus libéré sur le terrain ce qui fait que je suis donc plus agressif.

Il y a aussi un autre point, depuis 10 mois maintenant je travaille avec une préparatrice mentale sur Toulouse, Nathalie qui m’aide énormément.

Rien n’est acquis, il va falloir travailler encore plus (et vous savez que j’aime ça (Rire) pour réussir à avoir des résultats sur le circuit WPT et aussi sur les prochains tournois en France car le niveau ne cesse d’augmenter.

Crédit photo : Thierry Tonneaux

 

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.