Servir avec son revers plutôt qu’avec son coup droit : un geste que l’on observe parfois – mais rarement – chez les professionnels.

L’Espagnol Paquito Navarro le pratique quand il sert à gauche, de même que le Brésilien Lucas Campagnolo, parfois. Avant eux, ce fut aussi le cas de l’Argentin Sebastian Nerone, n°1 mondial au début des années 2000. Chez les filles, la spécialiste se nomme Carolina Navarro. Côté français, Adrien Maigret pratique parfois ce type de service.

 

service revers maigret tison

Chez les amateurs également, on rencontre parfois des joueurs qui engagent côté revers, avec plus ou moins de fortune. Pour quelles raisons ont-ils fait ce choix ? En voici au moins quatre !

Des effets plus faciles à imprimer

Que ce soit en coup droit ou en revers, il est conseillé de donner à la balle de service un effet coupé ou slicé, afin que son rebond soit plus bas. Cela se pratique grâce à un mouvement allant du haut vers le bas, le tamis de la raquette étant presque horizontal. Or, ce geste est plus naturel et plus efficace côté revers, alors qu’il demande une torsion du poignet côté coup droit, plutôt inconfortable : d’ailleurs, avez-vous souvent vu de bons tennismen faire des coups droits coupés ? La plupart du temps, l’effet slicé sera donc plus efficient du côté revers, avec une balle qui fuse davantage.

Un rebond surprenant après la vitre

La plupart des serveurs cherchent à toucher la vitre pour compliquer la tâche du relanceur. Y parvenir avec son revers, c’est la promesse d’un rebond particulièrement déroutant pour les adversaires : d’une part parce qu’ils sont plus habitués à relancer des services issus d’un coup droit, d’autre part parce que le slice plus accentué amène la balle à retomber plus vite au sol.

Cet effet de surprise est plus facile à obtenir en servant avec un revers croisé : côté gauche si le serveur est droitier, côté droit s’il est gaucher… Sachez toutefois que les bons relanceurs finissent, au bout de quelques jeux, par s’habituer à ces trajectoires bizarres.

Une meilleure capacité à varier

Celui ou celle qui sert avec son revers a un autre atout : celui de pouvoir varier davantage que les autres. Il peut en effet servir côté vitre, sur la ligne médiane ou bien « au corps », en visant le receveur. Mais il peut alterner entre un service revers et un coup droit, ce qui multiplie les combinaisons et favorise l’effet de surprise. Ajoutez à cela, de temps à autre, un service lifté avec rebond haut et votre palette aura de quoi faire blêmir l’adversaire !

Plus de précision et/ou de vitesse

Pour les joueurs dont le revers est le point fort, se servir de cette arme à l’engagement est l’assurance de trouver une précision, une fiabilité et souvent une vitesse supérieures. En clair, une meilleure capacité à trouver les zones recherchées et à servir des balles rapides et basses à même de prendre de vitesse le receveur.

Alejandro Galán, actuel n°1 mondial, dont le revers est meilleur que le coup droit, aurait peut-être tout avantage à se convertir à cette technique. Mais il est encore jeune et le fera peut-être un jour.

Quant à vous, quelque que soit votre âge, n’hésitez pas à essayer – en pensant à lancer la balle un peu plus haut et devant vous. Et peut-être connaîtrez-vous une révélation qui vous fera changer de bord…

Crédit vidéo : YouTube KikePadelX3

jérome arnoux journliaste

Après 40 ans de tennis, Jérôme tombe dans la marmite du padel en 2018. Depuis, il y pense tous les matins en se rasant… mais ne se rase jamais pala en main ! Journaliste en Alsace, il n’a d’autre ambition que de partager sa passion avec vous, que vous parliez français, italien, espagnol ou anglais.