Johan Håkansson, journaliste de Padel Feber en Suède, était présent aux Championnats d’Europe de Marbella le mois dernier. Étonné par la piètre organisation, il lance un message fort.

Johan est journaliste depuis 1987 et a assisté à plusieurs jeux olympiques, à des championnats du monde dans de nombreux sports. Il a couvert de nombreux événements depuis près de 30 ans.

Depuis 5 ans, il écrit pour Padel Feber. Voici son témoignage.

“La pire compétition à laquelle j’ai assisté”

“Les championnats d’Europe à Marbella sont la pire compétition que je n’ai jamais essayé de couvrir.

Tout d’abord : l’accréditation. Comment l’obtenir ? Personne ne le savait. Et la FIP était impossible à joindre avant la compétition.

D’accord, on va régler ça à Marbella, sur place. Non. Impossible pendant plusieurs jours. Personne ne savait rien. Et quand vous contactez la FIP, ils répondent qu’ils vont essayer de faire de leur mieux ! Comme si c’était quelque chose de difficile. (ndlr. la FIP a délégué l’organisation de l’épreuve)

“Photos interdites”

“En deux jours, nous avons travaillé sans accréditation – c’était une blague. Mon photographe a été arrêté à l’entrée. Appareils photos interdits !

Après deux jours, nous voulions rentrer chez nous. La fédération suédoise a dû contacter la FIP au plus haut niveau.

Et après cela : toujours une blague. Aucun lieu de travail pour les journalistes. Pas d’électricité. Pas d’internet.

Et le lieu du match était aussi une blague. Les gens venaient pour regarder, mais si le match était en indoor, personne n’était autorisé à le voir. Les courts à l’extérieur étaient au-dessus du niveau du public – on ne pouvait donc pas suivre le match.

Et en plus de tout cela, l’organisation était arrogante et déloyale.

J’envisage sérieusement de ne plus jamais couvrir un championnat de la FIP. C’était trop indigne.”


Note : La FIP et la FEP n’ont pas organisé les Championnats d’Europe de padel. La FIP a délégué l’organisation.


 

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.