Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a rendu son verdict. La suspension de 7 mois imposée par la FIP à la Fédération Portugaise de Padel est jugée légitime, et par la même occasion confirmée.

“Une violation grave des statuts”

La violation des statuts de la FIP concerne l’organisation des Championnats d’Europe en 2019 avec la FEPA. Alfredo Garbisu, à ce moment là président de la Fédération Espagnole de Padel (FEP), nous expliquait il y a quelques mois sa version des faits dans une interview exclusive.

Le TAS -basé en Suisse- n’a pas été sensible à cette version, et considère que “la Fédération Portugaise de Padel (FPP) a insisté sur l’organisation des championnats d’Europe, (…) sachant qu’elle agissait contre les intérêts de la FIP.”

Malgré deux avertissements de la FIP, la FPP a décidé de continuer dans cette organisation avec un soutien financier public: Instituto Português do Desporto e da Juventude (50 000 euros), et la Mairie de Lisbonne (30 000 euros).

“Une entité publique ne doit jamais ignorer l’avertissement d’une fédération internationale”, Lucio Correia, spécialiste du droit du sport juge que les entités publiques n’auraient pas du ignorer ces avertissements, et que “la suspension de la fédération portugaise par la fédération internationale met en cause l’utilité publique sportive.”

La guerre fédérale

Battu par Luigi Carraro aux élections de la FIP en novembre 2018, Ricardo Oliveira déclarait dans “Publico” il y un an et demi : “Carraro est un dictateur absolu, qui a rejoint un “gang” composé de 5 sud-américains”.

“Ricardo Oliveira avait dit a Luigi Carraro “pas de problèmes, si tu veux on fait l’Euro en Italie”, mais après quelques mois Luigi a coupé la communication, et nous avons dû nous réorganiser.”, signale Alfredo Garbisu dans l’entretien pour Padel Magazine.

De son côté, la FIP accuse Oliveira d’avoir été déçu d’avoir perdu les élections, et d’avoir “mis en place une série d’initiative visant à miner l’organisation”.

Toutes ces guerres font du mal au padel. Laissons Fernando Belasteguin conclure cet article :

« Si ces gens veulent travailler pour faire grandir le padel, il faut laisser les égos de côté, s’asseoir tous à la même table. Qu’aucun ne cherche à être celui qui sera applaudi, que les égos soient laissés de côté, et que tous tirent ensemble dans la même direction.

Même avec le désastre qu’il y a lorsqu’ils se chamaillent, le padel continue de croitre. Imagine alors si toutes ces personnes s’associaient. Ce serait incroyable qu’ils s’associent, et que nous puissions travailler tous dans la même direction. Nous pouvons faire de très grandes choses. J’espère que ce moment arrivera très vite. »

pyramides belasteguin lecci lopez

Source : Publico

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.