Alfredo Garbisu avait des choses à dire ! Au micro virtuel de Lorenzo Lecci Lopez, il se confie sur son arrivée dans le padel et dans le cadre fédéral, son mandat à la FEP, sa relation avec Luigi Carraro, et pose sa candidature pour les élections de la FIP.

Son histoire dans les padel

Lorenzo Lecci Lopez : Les Français te connaissent surtout pour ton mandat à la FEP, mais peu connaissent ton histoire. Comment es-tu arrivé à la présidence de la FEP ?

Alfredo Garbisu :“J’ai commencé à jouer au padel en 1990 ! Rapidement on m’a proposé de travailler dans mon club au Pays Basque. J’y suis resté 22 ans. Au même moment, Julio Alegria, un des grands pionniers du padel, m’a demandé de l’aider sur la fédération du Pays Basque. Ce fut la première fédération créée en Espagne !”

“En 2016, plusieurs présidents des fédérations régionales m’ont demandé de présenter ma candidature à la fédération espagnole de padel. Au début je leur ai dit non, mais finalement en insistant ils ont réussi à me convaincre.”

“J’ai échoué à la FEP”

Lorenzo Lecci Lopez : Quel bilan peux-tu faire de ton mandat à la tête de la FEP ?

Alfredo Garbisu :“Comme points négatifs très importants, je n’ai pas réussi à unir les fédérations régionales. Pendant un an et demi, j’ai pensé que j’avais réussi, mais finalement j’ai découvert que c’était une fausse paix, et que je n’avais pas réussi à unir les fédérations régionales pour qu’elles travaillent toutes ensemble au sein de la FEP. C’était pour moi l’aspect le plus important, et cet échec est la raison pour laquelle je n’ai pas posé ma candidature pour les nouvelles élections.”

“Comme points positifs, la création de la Fédération Européenne de Padel, qui réunit plusieurs pays européens. Je pense que la FEPA est nécessaire au développement du padel, et pas seulement au niveau européen. Le padel sera puissant dans le monde, lorsque le padel sera fort en Europe. Si le padel est fort en Europe, les Américains vont commencer à le percevoir d’une autre manière. ET lorsque les Américains joueront, il y aura le vrai boom mondial du padel.”

“Luigi Carraro a coupé la communication”

Lorenzo Lecci Lopez : En 2019, nous avons eu une situation particulière avec deux championnats d’Europe : un à Rome où la France était présente et pas l’Espagne, et un autre au Portugal. Que s’est-il passé ?

Alfredo Garbisu :“Il s’est passé quelque chose de très triste qui n’arrivera plus jamais je l’espère. En novembre 2018, Luigi Carraro a été élu président de la FIP. Je me suis mis à sa disposition pour l’aider dans tous les aspects, et nous l’avons informé de l’état d’avancement concernant la création de la FEPA comme support de la FIP, comme une base solide pour la FIP en Europe. Nous avons été en contact chaque semaine pendant 3 mois, nous avons même fait une partie de padel au Portugal.”

“Tout le monde était très content. En janvier, la FEPA étant créée, nous avons invité Luigi Carraro à la première assemblée générale de la FEPA à Zurich. Nous avons donc présenté le calendrier avec les championnats d’Europe, et un lieu pour cette compétition au Portugal.”

“Luigi, en tant qu’invité d’honneur, nous a demandé de l‘organiser en Italie, car il voulait l’organiser dans son pays pour la première année de son mandat. Nous lui avons dit oui, et qu’il n’y avait pas de problème. A ce moment 15 pays faisaient partie de la FEPA, mais pas l’Italie. Nous lui avons donc demandé de mettre l’Italie dans la FEPA, et il nous a répondu qu’il était d’accord.”

“A partir de ce moment, Luigi Carraro a coupé la communication, mais je n’ai jamais su pour quelle raison. Après plus d’un mois sans nouvelles, alors que l’Italie devait entrer dans la FEPA dans la semaine, nous avons du poursuivre nos plans pour les championnats d’Europe à Lisbonne.”

“La surprise est arrivée lorsque la FIP a annoncé publiquement son championnat d’Europe en Italie, et sur la même date que celle que nous avions depuis le début. Nous devions à la base organiser une compétition qui était le fruit de l’union de ces deux fédérations, et collaborer. Malheureusement, Luigi Carraro a utilisé la même date que j’avais déterminée, pour faire son championnat d’Europe, dans le dos de la FEPA. Deux personnes ne peuvent pas danser si l’une des deux ne veut pas danser…

“Il faut laisser l’égo à la maison”

Lorenzo Lecci Lopez : Fernando Belateguin m’a dit, en septembre dernier lorsqu’il est venu au club des Pyramides, “ils devraient mettre leurs égos de coté et s’asseoir tous à la même table pour le bien du padel”, en parlant des fédérations. 

Alfredo Garbisu :“Fernando a toute la raison du monde. L’égo est très mauvais, il doit rester à la maison. Lorsque l’on regarde son égo plutôt que de regarder le bien d’un sport, les choses vont mal.”

Candidat à la FIP, mais pas convaincu

Lorenzo Lecci Lopez : Alfredo Garbisu est-il candidat aux élections de la FIP ?

Alfredo Garbisu :Oui, je le suis. Je n’avais aucune intention de présenter ma candidature. Je suis très content à Bilbao, j’ai pu reprendre mon travail. Je ne voulais plus de tous ces problèmes. Il y a quelques semaines, les fédérations suédoise et allemande m’ont demandé ma permission pour me présenter aux élections de la FIP. Je ne me voyais pas leur dire non, car c’est un honneur de voir la confiance qu’ils ont en moi. Je ne pense pas que je serai élu honnêtement.”

Lorenzo Lecci Lopez : Quelles sont les choses à modifier, et les objectifs pour cet éventuel mandat ?

Alfredo Garbisu :Pour moi, il est très important qu’un président soit exemplaire, et soit le premier à respecter les règlements et les statuts. Le président est au service des autres, et non le contraire. Si je suis élu, ce que je changerai immédiatement, c’est de mettre un terme au fait de ne pas respecter les normes et règlements. Si un règlement doit changer, il faut le changer, mais tant qu’il n’a pas été changé, il faut le respecter. L’important c’est le sport, mais il n’existe pas de sport sans règlement.”

Lorenzo Lecci Lopez : Pourquoi penses-tu que tu ne seras pas élu ?

Alfredo Garbisu :“Je pense que Luigi Carraro a une majorité au sein de l’assemblée générale. Je ne me suis pas préoccupé de la situation et c’est simplement une impression que j’ai.”

Alfredo-Garbisu

“La France a un gros potentiel”

Lorenzo Lecci Lopez : Comment vois-tu la situation du padel dans le monde, avec des pays comme la Suède qui connaissent un énorme développement ?

Alfredo Garbisu :Je suis très satisfait du développement du padel en Europe. La Suède connait une très grande croissance; la France a un énorme potentiel; le Portugal a décidé d’inclure avec son gouvernement le padel à l’école, et cela portera ses fruits dans 5 à 10 ans; le padel en Italie prend aussi beaucoup de force. L’Europe est sur le bon chemin, et dans 5-6 ans nous aurons la révolution du padel. Je ne sais pas dans combien d’années, mais je suis convaincu que le padel sera le sport le plus pratiqué au monde.”

“Les gens font de plus en plus de sport, et le padel est un sport très simple, pour tous les âges et toutes les conditions physiques. Les femmes également l’adorent.”

“Lorsque la France commencera à travailler avec les enfants, le padel prendra une autre dimension dans ce pays. Il est très important de former les joueurs rapidement. L’Espagne a une très belle “cantera” grâce au grand travail des fédérations régionales et de la FEP.”

“Il faudrait une fédération pour travailler continuellement sur le padel en France”

Lorenzo Lecci Lopez : En France, c’est la FFT qui a la délégation du padel, mais certains critiquent le fait qu’il n’y ait pas de fédération indépendante pour le padel. Quel est ton opinion à ce sujet ?

Alfredo Garbisu :Je pense que les intérêts du tennis et du padel ne sont pas les mêmes. Je suis un grand fan du tennis et de Rafa Nadal, et je viens d’ailleurs d’une famille de tennismen. J’aime beaucoup de sports différents, mais je ne peux concevoir de mettre au sein d’une même fédération deux sports. Ce n’est pas correct. Ce qui me semble juste est d’avoir une fédération de tennis qui soit concentrée sur le développement du tennis, et une fédération de padel qui puisse travailler continuellement sur le padel. Si tu fais plusieurs choses, tu n’es pas aussi efficace que si tu te concentres sur une seule tâche.”

Lorenzo Lecci Lopez : Quelle était ta relation avec la fédération espagnole de tennis, alors que beaucoup disent que le tennis coule en Espagne à cause du padel ?

Alfredo Garbisu :“Les relations étaient bonnes. En Espagne, chaque fédération travaille sur son sport et les relations sont bonnes entre chaque entité. Le tennis a perdu beaucoup de licenciés, mais ce phénomène est vrai dans toute l’Europe. Le tennis a une très bonne santé sur le plan professionnel avec les grands spectacles, mais depuis plusieurs années le nombre de joueurs baisse de manière très forte. Quelque chose ne va pas et c’est préoccupant. Un sport qui a une visibilité 100 fois plus grande que le padel ne peut pas perdre autant de joueurs.”

“Je ne pense pas qu’il y ait de relation entre la croissance du padel et la décroissance du tennis. Le padel s’adresse à beaucoup plus de monde. Le padel n’a rien volé au tennis.”

Retrouvez l’interview en intégralité :

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.