La FFT a souhaité réaliser une étude sur le padel afin de connaître son niveau de notoriété auprès des Français, et également savoir qui pratique ce sport et à quelle fréquence. Les résultats sont crus, mais sont ceux attendus.

Un problème de notoriété 

“Quand on parle de padel aux gens ils te demandent sur quel plan d’eau tu pratiques et c’est encore loin d’être connu partout en France. », Nicolas Hervé de Beaulieu, responsable du 4PADEL Bordeaux.

Cette phrase illustre finalement bien les résultats de l’étude de notoriété du padel : seulement 19% des français de plus de 18 ans connaissent le padel.

Chez les 35-49 ans, c’est 26% des individus qui le connaissent, tandis que chez les 18-35 ans, c’est un peu moins d’un quart.

Un passage à l’acte difficile

Parmi ces connaisseurs du padel, seulement 23% ont déjà pratiqué ce sport. Ce sont principalement les 25-35 ans (46%), qui ont au moins un enfant.

Chez les plus de 50 ans qui connaissent le padel, seulement 8% l’ont déjà pratiqué. Ce chiffre doit augmenter, car le padel est un sport idéal pour les seniors.

Ces chiffres peuvent s’expliquer par le fait que le padel n’est pas encore équitablement accessible sur le territoire. De plus en plus de clubs apparaissent partout en France pour faire rayonner le padel.

Une faible fréquence

Parmi les individus qui ont déjà pratiqué le padel, 45% l’ont simplement “testé” en ne l’ayant pratiqué qu’une seule fois.

36% de ces pratiquants jouent au padel au moins une fois par mois, et 13% plusieurs fois par semaine. 

Le problème de notoriété ne peut pas être résolu par les clubs, qui mettent tout en œuvre pour faire connaître au maximum le padel.

La FFT est l’une des fédérations les plus influentes au monde, et est détentrice d’un évènement au rayonnement global (Roland-Garros). Les résultats de l’étude sont clairs, et la FFT possède la délégation du padel : la balle est dans son camp.

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.