Bea Gonzalez est appelée à être le futur du padel féminin. La jeune Andalouse n’a pas encore 20 ans et elle figure déjà à la 6e place du ranking WPT. Padel Magazine l’a rencontrée aux Championnats d’Europe.

Ses Championnats d’Europe

“J’adore jouer les tournois ici en Andalousie, près de ma famille et de mes amis. C’est un sentiment très particulier pour moi.”

Suite à une petite blessure de Lucia Sainz, Bea Gonzalez n’a pas pu jouer l’Open des Championnats d’Europe. “Ce n’est pas une blessure grave, mais elle avait mal, et c’est mieux qu’elle évite la surcharge des matchs.”

Objectif n°1

“Depuis toute petite je rêve d’être n°1 mondiale. C’est l’objectif que nous avons, mais cela arrivera quand ça devra arriver. Je ne suis pas pressée.”

“Ce sont des petits détails qui font que je progresse en niveau et dans le ranking. Plus que des nouveaux coups, ce sont des aspects techniques, mentaux, d’entente dans la paire. Tous ces petits points s’ajoutent et cela amène une progression dans le ranking.”

“Avec Lucia je me sens très bien. J’espère que ce projet durera des années. Je suis très contente de jouer avec elle, et je crois qu’elle aussi !”

Revenir à Paris

Bea Gonzalez avait à l’époque remporté le Challenger du World Padel Tour de Casa Padel (St-Denis), avec Delfi Brea. L’Andalouse rêve d’une nouvelle étape du WPT à Paris.

“J’ai adoré venir jouer le Challenger à Casa Padel en 2019. Le tournoi était incroyable, et c’était très beau. J’espère pouvoir y retourner vite.”

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.