Ruben Castilla est le vice-champion d’Espagne de handipadel. Le joueur madrilène nous parle des spécificités de son sport et des perspectives d’un développement mondial. Retrouvez l’interview complète sur Instagram.

Le Maestro du handipadel

Lorenzo Lecci Lopez : Pour ceux qui ne te connaissent pas, dis nous un peu qui tu es ?

Ruben Castilla :“J’ai 49 ans, je travaille pour une banque. Je suis marié et j’ai une fille de 10 ans.”

Lorenzo Lecci Lopez : Tu es l’une des références du handipadel, quelle a été ta trajectoire dans le padel ?

Ruben Castilla :“Je suis actuellement le champion de Madrid. De 2014 à 2016, j’ai été le n°1 espagnol. Cette année nous avons aussi gagné le tournoi des communautés autonomes qui s’est célébré à Murcia. J’ai aussi remporté deux tournois para-inclusifs à Madrid en 2019.”

Lorenzo Lecci Lopez : Quels sont tes objectifs actuellement ?

Ruben Castilla :“Mon objectif est toujours d’être dans les meilleures paires du circuit qui compte 14 épreuves, et un championnat d’Espagne.”  

Lorenzo Lecci Lopez : Quelle est la situation actuelle du handipadel en Espagne et dans le monde ?

Ruben Castilla :“Le handipadel a vraiment beaucoup grandit. Depuis 2009, nous avons une association qui aide les personnes qui ont souffert d’un accident à venir à notre école à Getafe (Madrid), au Sport Padel Indoor. Nous sommes une trentaine de joueurs. Nous leur fournissons un fauteuil dans la mesure du possible pour qu’ils puissent essayer, car ces fauteuils sont très chers. Nous avons près de 200 licences au niveau national. Nous sommes le troisième sport.”

“Sur le plan international, j’ai été contacté par un italien qui me demandait comment il pourrait s’entrainer avec nous. À travers l’association, nous faisons beaucoup d’évènements. Cette année, nous aurons plus de moyens pour faire connaître notre sport. En France, il y a aussi plusieurs joueurs.”

Lorenzo Lecci Lopez : Vois-tu la possibilité d’être aux jeux Paralympiques de Brisbane en 2032 ?

Ruben Castilla :“C’est notre rêve. Je pense que lorsque le padel sera olympique, le handipadel sera paralympique. Nous serons peut être trop vieux pour jouer, mais nous avons des jeunes qui suivent. C’est une expérience à vivre.”

ruben castilla bandeja

Le padel inclusif

Lorenzo Lecci Lopez : Ça fait longtemps que l’on te connait chez Padel Magazine avec notamment l’époque des exhibition pour le World Padel Tour. Regrettes-tu cette époque où tu pouvais montrer ton sport au public ?

Ruben Castilla :“Oui, cela nous manque vraiment de ne pas pouvoir faire les exhibitions au WPT. C’est pour nous le meilleur moyen de montrer notre sport. J’appelle à ce que cela puisse se faire de nouveau. Cela peut arriver à tout le monde d’avoir un accident et de se retrouver avec un handicap qui empêche de faire du sport comme avant. La société doit voir que des gens ont un handicap mais jouent tout de même au padel, et que c’est possible. C’est un règlement différent, deux rebonds, et pas grand chose d’autre.”

Lorenzo Lecci Lopez : Franck Binisti me disait qu’il avait joué un match avec toi, et qu’au padel il était possible de faire un bon match avec une personne debout et une personne en fauteuil. 

Ruben Castilla :“C’est une modalité que l’on appelle inclusive. Une personne debout joue avec une personne en fauteuil. De cette manière, la personne qui est debout vit de très près ce qu’est le handipadel avec la différence qu’elle n’a le droit qu’à un rebond, et le joueur en fauteuil à deux rebonds. Il y a des avantages et des inconvénients. Sur les amorties, il est possible que le joueur debout n’atteigne pas la balle mais que le joueur en fauteuil puisse. C’est très drôle et attractif.”

Lorenzo Lecci Lopez : Tu joues avec du matériel Starvie. Quel type de raquette utilisent les joueurs de handipadel ?

Ruben Castilla :“Cela fait 4 ans que je suis avec Starvie. J’aime les raquettes rondes, les palas de contrôle. Du fait de la hauteur à laquelle nous sommes, nous n’utilisons pas vraiment de raquettes en forme de diamant. Personnellement j’aime placer les balles. La raquette de contrôle est plutôt utilisée dans le handipadel.”

ruben castilla intervie

“Ton cerveau n’est pas prêt à bouger tes jambes avec tes bras”

Lorenzo Lecci Lopez : Quelles sont les spécificités tactiques du handipadel ?

Ruben Castilla :“Il y a des différences sur les zones d’attaque et de défense. Les joueurs de handipadel ne montent pas souvent au filet car il n’y a pas de mobilité latérale. La zone d’attaque est un peu au dessus de la ligne de service. Aussi, sur les amorties, le fauteuil ne peut pas toucher le filet et c’est très dur de freiner avec la force des bras. Il faut être habile.” 

Lorenzo Lecci Lopez : Au handipadel, on ne frappe pas autant qu’au padel. Les points sont-ils plus longs ?

Ruben Castilla :“Oui. Il y a des points longs. Plus longs que ce que l’on voit actuellement chez les hommes sur le WPT, mais pas aussi longs que chez les dames. Les points sont souvent longs, car on ne peut pas frapper par 3.”

Lorenzo Lecci Lopez : Quelles ont été les difficultés psychologiques que tu as dû affronter pour atteindre ton niveau de jeu ?

Ruben Castilla :“Nous avons tous des histoires bien différentes. Dans mon cas, j’ai dû m’adapter au fauteuil pour pratiquer le sport que je faisais depuis tout petit. Ton cerveau n’est pas prêt à bouger tes jambes avec tes bras. Tout est une question entrainement.”

Lorenzo Lecci Lopez : Dans la vie de tous les jours, tu n’utilises pas le fauteuil. Cela a dû être une difficulté en plus pour t’adapter.

Ruben Castilla :“C’est vrai. J’ai une béquille pour marcher. Cela a été très dur de s’assoir sur la chaise et se déplacer. C’est un long travail. Le cerveau a du mal à assimiler ce déplacement. Dans mon quotidien je n’utilise pas le fauteuil, donc c’est d’un certain coté un désavantage, mais j’ai de la chance de ne pas avoir à l’utiliser tous les jours.”

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.

Tags