Coup d’attaque comme de défense, la vibora est à la fois offensive et venimeuse, voire mortelle. Savoir la maitriser et la contrôler fera de son maître un artiste sur la piste.

La vibora (vipère) est un coup aérien pas donné à tout le monde, mais lorsqu’il est maîtrisé, il peut faire beaucoup de dégâts dans le camp adverse. Tentons de vous donner les clés de ce coup incroyable.

Pourquoi ce nom de vibora ?

La vibora est une variante de la bandeja, ce coup de défense impacté haut, au dessus de l’épaule, qui permet aux attaquants de ne pas perdre leur position offensive au filet. Le nom de serpent qui lui a été attribué est pour la ressemblance du corps de l´animal avec la trajectoire de la balle, qui n’est absolument pas droite, et surtout imprévisible. Pour finir, la vipère est un serpent plutôt calme, discret, mais qui peut devenir agressif voire mortel. Alors attention à elle.

Qui peut la maîtriser ?

Le premier conseil à donner serait de ne pas chercher à réaliser une vibora pure et dure lorsque nous sommes débutant. C’est un coup assez technique donc compliqué à réaliser. Cherchez donc en premier lieu à impacter correctement la balle haute de défense, à ne pas perdre le filet, et avec le temps et la pratique vous découvrirez si vous êtes plutôt bandeja ou plutôt vibora. Rien ne vous oblige à maîtriser les 2 coups donc centrez vous sur un coup efficace plutôt que deux moyennement réalisés.

En “général”, les joueurs de tennis ont plus de facilité à réaliser une vibora car techniquement, elle pourrait consister à impacter un service lifté à une hauteur plus basse, sur le côté.

Pablo Lijo vibora

Enfin, la vibora s’utilise beaucoup chez les joueurs droitiers à gauche sur la piste ou chez les gauchers postés à droite. Pourquoi ? Pour l’effet donné à la balle qui aura tendance à toujours venir se rapprocher de la vitre latérale après rebond sur la vitre de fond. Donc même à vitesse lente, la vibora déplacera les adversaires en dehors de leur zone de confort (maison).

Techniquement

Comme la bandeja, la vibora débutera depuis le filet avec la technique du 3 en 1. Position de profil, bras dominant placé et main non dominante en direction de la grille latérale. Lorsque nous avions détaillé la bandeja, nous avions dit que la pala se plaçait en plateau, que nous devions aller chercher la balle haut et que les abdominaux et tous les muscles de la ceinture pelvienne permettaient par leur contraction, de réaliser la rotation du corps pour la frappe.

Dans le cas de la vibora c’est différent.

Tout d’abord la pala viendra se placer derrière notre tête, avec si possible le haut de la pala touchant l’arrière de notre crâne. Ensuite, nous ne tenterons pas d’aller chercher la balle le plus haut possible, mais nous l’attendrons à la meilleure hauteur de frappe. Et enfin, c’est le bras et la décontraction du poignet qui feront la frappe.

Paquito Navarro vibora

Donc, nous avons la base : position de profil avec la main non dominante pointant la grille latérale et la pala placée derrière notre tête. L’objectif sera d’impacter la balle de façon brossée à hauteur de nos yeux. Là est la difficulté. Si nous réussissons à trouver ce point d’impact légèrement devant nous, à hauteur d’œil, et avec relâchement, la vibora sera plus venimeuse que jamais.

Petit conseil : pour trouver ce point d’impact qui est différent chez chaque joueur, vous pouvez vous imaginer en train de lancer une pierre dans un plan d’eau pour y réaliser des ricochets. Centrez-vous sur le moment où vous allez lâcher ce caillou : ce sera votre lieu d’impact avec la balle car votre bras sera droit et tendu, agissant comme un fouet.

La fin de geste devra suivre le mouvement en terminant avec le bras enroulé en écharpe autour du cou. Pour les coups plus lents, le geste sera plus court.

Comprenez-vous pourquoi, aujourd’hui la vibora se détache de la bandeja pour créer sa propre identité ? Un coup à la base de défense qui peut se convertir en coup d’attaque, dévastateur, chargé en venin, qui ensorcellera vos adversaires avec ses trajectoires ! Ce coup est unique, et à utiliser sans modération.

Julien Bondia

Julien Bondia est professeur de padel à Ténérife. Il est le fondateur de AvantagePadel.net, un logiciel très apprécié des clubs et joueurs de padel. Chroniqueur et conseiller, il vous aide à mieux jouer par l’intermédiaire de ses nombreux tutos padel.