Ale Galán, numéro 1 au WPT avec son partenaire Juan Lebron, était présent à l’inauguration du Z5 Padel de Zinedine Zidane. Le Madrilène passe au micro de Padel Magazine, et s’exprime au sujet des différents circuits professionnels et la création de l’association des joueurs qu’il préside.

Une association historique

Lorenzo Lecci López : Il y a quelques semaines, les joueurs professionnels ont créé leur association, et tu en es le président. Quelles seront les premiers sujets à discuter avec le WPT ?

Ale Galán : “Nous nous sommes réunis il y a très peu de temps. C’est historique, nous voulons former un bloc. Cela n’a jamais été le cas jusqu’à aujourd’hui. Nous avons le besoin commun de grandir, à l’image du développement du padel. Les idées de tous peuvent aider, et plus nous serons unis, mieux nous nous porterons.”

Lorenzo Lecci López : C’est une association pour les top joueurs, ou bien l’idée est de représenter tous les joueurs depuis les preprevias ?

Ale Galán : “Nous travaillons pour le bien du sport et de tous les joueurs. Dans le passé, les paires du haut regardaient leurs propres intérêts, mais cette fois-ci nous nous sommes tous réunis avant de créer l’organisation. Je pense que nous avons des idées communes. Comme il y a dans d’autres sports comme par exemple le tennis : une association protège tous les joueurs.”

galan smash zidane

Un avertissement au WPT ?

Lorenzo Lecci López : Nous voyons des circuits émerger. L’APT Padel Tour est une réalité. Il y a aussi Lisandro Borges qui a annoncé le Players Padel Tour. L’idée est que l’association et les joueurs forment une seule voix, ou que les joueurs puissent avoir la liberté d’aller jouer sur plusieurs circuits ?

Ale Galán : “Aujourd’hui la situation est que nous sommes tous sous contrat avec le World Padel Tour. Je pense que dans le futur, cela finira par être un circuit des joueurs et que tous puissent apporter leur pierre à l’édifice. Personnellement, et je ne parle  plus en tant que président, j’aimerais cela. Plus il y a de personnes qui soutiennent le padel, plus notre sport grandira. Pour le moment nous n’envisageons pas ces choses. Les premiers pas sont de tous nous réunir. Nous ne voulons pas que le padel soit affecté par des décisions précipitées.”

Lorenzo Lecci López : Penses-tu qu’il doit y avoir un seul circuit qui domine, ou qu’il peut y avoir, comme dans le golf par exemple, plusieurs circuits et que les joueurs jouent en fonction de leur calendrier plusieurs circuits ?

Ale Galán : “Je pense que plus il y a de bons joueurs concentrés dans un circuit, mieux c’est. La compétitivité qu’il y a aujourd’hui dès les premiers tours ne se dilue pas sur différents circuits. Mais il faut que l’on puisse faire le meilleur circuit pour tous, et que tout le monde y trouve son compte. Que les joueurs soient satisfaits du circuit, que le circuit soit satisfait des joueurs. Que les audiences continuent de croître. Nous voulons tous la même chose : que le padel grandisse !”

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.