C’est le premier coup de théâtre de ce samedi matin lors des interclubs Nationale 1 au Toulouse Padel Club. Licenciés au 4Padel Strasbourg, Simon Wagner (31ème) et Albano Olivetti (500ème) ont créé la sensation face au Big Padel de Dorian de Meyer (50ème) et Thomas Vanbauce (33ème), en s’imposant 7-6 ; 7-6. Est-ce que ce sera suffisant pour battre le Big Padel Bordeaux, le vice-champion de France 2022 ?

Une victoire “inédite et surprenante” pour eux, face à une paire pourtant rompue aux tournois FIP. Le duo alsacien nous dévoile son analyse du match et ses ambitions futures.

“On n’était pas les favoris”

Simon Wagner : « On n’était pas favoris sur le papier. Ils étaient bien mieux classés, ils jouent à l’international toute l’année. On a joué avec notre style de jeu, avec des volées-volées et des smashs plus forts, et ça a plutôt bien marché.

“Une piste qui nous a aidée”

Albano Olivetti : “Simon a de très bonnes qualités dans le domaine du jeu là-haut. On a essayé d’être concentrés sur notre jeu de service, en étant très rigoureux sur nos smashs. C’est ce qu’on a réussi à faire, on a globalement été assez solides. C’est une belle surprise pour nous. »

Simon Wagner : « En termes de défense et de padel pur, ils sont plus forts que nous. On s’est dit qu’on allait passer le moins de temps possible derrière, même sur les retours. On essayait de se projeter vers l’avant. »

Albano Olivetti Simon Wagner 4padel srtasbourg

Une future association Wagner / Olivetti ?

Albano Olivetti : « Je serais très content de jouer avec Simon, même si j’ai l’habitude de jouer avec Christophe (Henry). J’aimerais jouer davantage au padel, mais c’est compliqué pour moi. Quand j’y joue, je suis comme un dingue et là, c’était une super expérience ! »

Simon Wagner : « Je lui ai demandé pour le P2000 de Nantes en janvier, mais il a l’Open d’Australie ! On ne va plus forcément jouer ensemble avec Yanis en 2024, alors je suis chaud pour faire un tournoi avec « Alba ».

Jouer au padel comme au tennis

Albano Olivetti : « La façon dont je joue ressemble beaucoup à celle du tennis. Je fais beaucoup plus de smashs qu’au tennis, surtout sur le jeu offensif. Je joue au moins une fois par semaine au padel quand je suis à Strasbourg, mais j’estime qu’il s’agit quelque part d’un entraînement. Quand je suis au fond, c’est plus compliqué, mais mine de rien, ça me fait travailler mon jeu de jambes. Au tennis, je retrouve parfois une aisance dans le petit jeu. »

Tennis d’abord pour l’instant

Albano Olivetti : « Je suis dans un projet tennis qui est prioritaire. Cela se passe plutôt bien pour moi en double. Aujourd’hui, c’est vraiment tombé dans un bon timing. Mais une fois de plus, ce n’est pas une question d’envie. J’adore le padel, je trouve ce sport incroyable !

2024, c’est encore flou

Simon Wagner : « Pour l’instant, c’est flou. Cela ne fait qu’une semaine que nous avons annoncée, avec Yanis, qu’on arrêtait. Je n’ai pas de partenaire défini pour la saison 2024. Je pense qu’au début, je changerai presque à chaque tournoi, mais non, je n’ai pas encore de partenaire fixe. »

C’est par le biais de son père qu’Auxence a découvert le padel, six ans plus tôt. Aujourd’hui, il suit avec passion le circuit international et taquine la pala dans son club formateur, le Toulouse Padel Club. Vous pouvez également le retrouver sur La Feuille de Match et LesViolets.com, deux médias spécialisés sur le Toulouse FC.