Laurent Imbert est le sélectionneur de l’équipe de France féminine Junior. Après 10 jours passés aux Championnats du Monde au Mexique, le sélectionneur rencontre Padel Magazine pour tirer un bilan de la compétition.

“Une aventure extraordinaire”

Padel Magazine : Quel est ton rôle dans cette Team France ? Quelle est la différence avec tes précédentes expériences ?

Laurent Imbert : “Mon rôle était d’établir une sélection de 8 joueuses, de les accompagner dans les démarches sportives et administratives auprès de la FFT, de les prendre en charge à Paris pour les encadrer durant 11 jours au Mexique. Tout cela avec l’aide précieuse d’ Alexandrine Godart qui était à mes côtés.”

“Pour avoir été coach de l’équipe de France Féminine Sénior en 2010 et 2012, le résultat sportif est toujours le but principal.”

“Mais avec les Juniors, il faut comprendre une chose qui est d’une importance capitale : ce sont de jeunes filles certes avec un esprit de compétition mais aussi avec leurs angoisses, leurs peines mais aussi leurs joies et leurs besoins. A leur âge, elles passent par beaucoup d’émotions et il faut donc être énormément à leur écoute. Il faut avoir à l’esprit que cela représente une aventure extraordinaire et qu’en tant que coach, on se doit de la rendre magique sportivement mais surtout humainement. C’est à mon sens l’une des clés principales de la réussite.”

Padel Magazine : Quel est le bilan sur ces mondiaux ? Les points positifs / points négatifs ou à revoir.

Laurent Imbert : Il y a beaucoup de points positifs : les hôtels où les délégations ont séjourné, les 4 clubs de Padel étaient tops, des navettes affrétées pour maximum 2 sélections et qui permettaient de se déplacer très facilement entre les clubs et l’hôtel, les terrains d’entraînements, les balles, l’eau, les repas le midi et les repas du soir toujours dans le même club accompagnés de “petites soirées “.

Et puis le point le plus positif, c’est que les jeunes aient pu découvrir, pour certains, cet énorme évènement qu’est un Championnat du Monde et y avoir pris un plaisir de dingue, en tout cas je le crois.

Bien sûr que tout peut être amélioré et même s’il y a eu un ou deux petits couacs, ils ont été repris très rapidement par l’organisation.

Le seul bémol est que le programme du lendemain n’arrivait que vers 21h30 ou 22h et donc pour s’organiser, c’était un peu rock’n roll !”

equipe de france junior mexique aéroport

“Un pigeon s’est tué contre la vitre !”

Padel Magazine : Quelles joueuses t’ont surpris ? Une anecdote sur un fait de match éventuellement  ?

Laurent Imbert :“Elles m’ont toutes surpris et pour des raisons différentes. L’une par son caractère, l’autre par son envie, une autre par sa détermination, ou encore par son esprit d’équipe. Elles ont toutes été largement à la hauteur de ce que j’attendais d’individualités qui ne se connaissaient pas bien au départ et nous avons tous réussi à en faire une vraie équipe, comme une “famille”.

Tous les joueurs et joueuses de Padel qui ont participé à des compétitions de ce genre savent qu’en 10 jours, les faits de matchs ne manquent pas mais cela s’est plutôt très bien passé entre les différentes nations. Quant aux anecdotes dont certaines sont drôles ou croustillantes, elles resteront entre nous !

Mais pour en donner une un peu originale mais malheureuse, lors d’un match d’Open entre Ninon Martinache / Jade Psonka et 2 Brésiliennes, un pigeon a failli percuter Ninon à la tête et s’est malheureusement tué contre la vitre. Donc match arrêté, nettoyage des vitres, enterrement du pigeon et une petite frayeur pour Ninon ! Mais elles ont quand même gagné le match !”

Padel Magazine : Vois tu quelques joueuses qui pourraient aller loin ?

Laurent Imbert :“C’est très difficile de détacher telle ou telle joueuse surtout qu’elles ont des âges très différents (jusqu’à 4 ans d’écart pour certaines) et des qualités également très différentes. Cela va dépendre aussi de ce qu’elles projettent de faire dans les 2 ou 3 ans à venir. Les études à l’étranger pour certaines, continuer le tennis pour d’autres, peut-être changer de sport pour d’autres…

Il va y avoir aussi beaucoup de facteurs familiaux, sportifs, personnels qui vont déterminer ce qu’elles vont pouvoir faire dans le Padel. Ce sont surtout les choix de vie que nous faisons toutes et tous qui nous poussent dans telle ou telle direction mais OUI je pense que certaines ont la capacité à devenir de très bonnes joueuses mais toujours avec de l’envie, du plaisir et surtout de l’entraînement.”

france usa junior mexique

“La FFT fait déjà beaucoup pour le padel”

Padel Magazine : L’avenir avec cette team ? Ton avenir dans ce rôle ?

Laurent Imbert :“Tout le monde connaît mon attachement si particulier à ce sport depuis très longtemps.

L’avenir avec ce groupe … j’espère vraiment pouvoir continuer à les suivre car elles le méritent vraiment. Elles m’ont tellement donné d’envie, de confiance et d’affection pendant ces 11 jours que j’aimerais avoir la possibilité d’organiser des rassemblements en élargissant le groupe, pouvoir en amener sur des tournois jeunes, voire adultes pour certaines. En fait qu’elles ne coupent pas brutalement et de les accompagner. Et pourquoi pas 1 ou 2 tournois en Espagne ! Enfin si elles veulent toujours de moi !

Et puis pour le reste concernant ce rôle de sélectionneur et capitaine, cela sera à la FFT de décider si, à leur avis, j’ai été à la hauteur de l’évènement, des joueuses et de la mission qui m’a été confiée. Ce qui est sûr, c’est que j’y ai mis beaucoup d’investissement et pris énormément de plaisir mais comme toujours quand il s’agit de Padel.

Je voudrais remercier d’une part la FFT pour la confiance qu’elle m’a accordé et d’autre part je voudrais transmettre le message que la FFT fait déjà beaucoup pour le padel (même si parfois j’entends beaucoup de critiques de la part de joueurs et de joueuses voire de dirigeants).

Il faut rappeler, au cas où certains l’auraient oublié, que la FFT a tout pris en charge pour les sélections juniors de ce Championnat du Monde au Mexique. Pour exemple, la meilleure junior argentine n’est pas venue au Mexique car sa famille n’a pas pu lui payer son billet d’avion. On parle quand même de la meilleure nation au monde !

La FFT s’organise donc pour le développement du padel mais cela va prendre forcément du temps mais aussi de trouver le bon modèle économique et humain qui permettra à toutes et tous d’y trouver un équilibre (jeunes, joueurs, formateurs, dirigeants, clubs, ligues, …).

Soyons donc patients, solidaires, tous ensemble pour faire que le Padel prenne la place qu’il mérite dans le sport français.”

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.