Pendant que le dernier match de la matinée battait son plein entre Javier Leal – Uri Botello et Miguel Benitez – Pablo Cardona, la talentueuse belge Helena Wyckaert nous a fait l’honneur de sa présence le temps d’un instant pour commenter et répondre aux questions de Mario Cordero en exclusivité pour Padel Magazine

L’actuelle 79ème mondiale s’est confiée sur son tournoi, ses ambitions sportives et sa nouvelle vie en Belgique.

“Il était difficile de tenir le rythme”

“Bonjour tout le monde. On va dire que ça pourrait aller mieux (rires). Nous avons perdu mais nous nous sommes tout de même bien battues. Parfois on gagne et parfois non, c’est comme ça.
Nous nous sommes inclinées face à une nouvelle paire composée d’Araceli Martinez et Arantxa Soriano sur un score de 6/2 – 2/6 – 6/3. Nous les connaissons et elles jouent vraiment très bien. Elles ont beaucoup d’expérience. D’autant plus qu’Arantxa est gauchère donc pour moi c’est vrai que c’est beaucoup plus compliqué. Sur le deuxième set nous avons bien joué mais il nous était difficile de continuer sur ce rythme lors de la troisième manche
.

“Pablo Cardona joue très bien”

La Belge commente également la performance de Pablo Cardona, qui a créé la sensation avec Miguel Benitez.

“Oui je connais Pablo Cardona, il est jeune, très talentueux et joue vraiment très bien. De même je connais très bien son partenaire car il s’entraînait dans le même club que moi auparavant à Madrid. Il a plus d’expérience que son coéquipier, et si je ne me trompe pas c’est leur premier tournoi ensemble. Arriver à ce stade de la compétition pour une première association c’est vraiment bien.

“Une école de padel à Anvers”

Je ne m’entraine plus en Espagne depuis un peu plus d’un an. J’ai décidé de rentrer chez moi en Belgique mais avant il est vrai que je résidais à Madrid. J’y suis restée deux ans et je peux dire que j’ai presque tout appris là-bas.

Aujourd’hui j’habite à Anvers et j’essaye de m’entrainer le plus possible en Belgique mais c’est tout à fait autre chose. Dès que j’ai le temps je prends un avion et je m’envole à Madrid pour aller m’entrainer en Espagne. Je détiens une école de padel à Anvers, ça fonctionne bien et je m’amuse énormément. C’est une tout autre vie mais je suis contente. Nous sommes sur trois sites et mon école se nomme Ter Eiken

Club de padel Ter Eiken

“Dans nos centres nous n’avons pas d’entraineur espagnol, uniquement des Belges qui pour certains travaillent à temps complet. Cependant parfois mon entraineur madrilène nous rejoint pour réaliser des clinics et des formations pour les coachs. Cela nous permet de continuer à apprendre toujours plus.

“La seule Belge du circuit”

“Je suis la seule joueuse belge qui joue sur le circuit WPT. Ensuite nous retrouvons quelques joueurs avec un bon niveau qui participent aux FIP. Mais j’espère que dans un futur proche nous aurons plus de Belges qui joueront les compétitions internationales car certains ont le niveau pour jouer les preprevias.
Après cela reste compliqué pour eux car ils doivent réussir à se dégager du temps pour pouvoir réaliser ce beau projet. La grande majorité des joueurs belges ont un travail, des obligations personnelles, et les voyages coûtent cher, ce n’est pas simple.

J’ai eu la chance de réussir à me qualifier pour un tableau, à Majorque. A Marbella nous avons joué le dernier tour des previas c’était un bon tournoi.

“Le niveau est de plus en plus fort”

J’ai commencé le WPT il y a 3 ans et le niveau n’était pas le même que maintenant. Mon meilleur classement était 54 je crois, et maintenant je suis retombée à la 79ème place. Lorsque j’occupais la place 54 j’avais environ 500 points et maintenant j’en ai 480 et je suis 79ème. Le circuit évolue de plus en plus et c’est plus compliqué pour une joueuse de participer aujourd’hui à une compétition internationale à cause des points. J’entends par là que maintenant une paire qui démarre a besoin d’un bon nombre de points pour pouvoir entrer dans le tournoi.

Sébastien Carrasco

Fan de padel et d’origine espagnole, le padel coule dans mes veines. Très heureux de vous faire partager ma passion à travers la référence mondiale de padel : Padel Magazine.