A l’occasion du P2000 qui s’est déroulé le week-end dernier dans le fabuleux club de Padel Horizon à Sucy en Brie, Padel Magazine a pu s’entretenir avec la numéro 1 française, Alix Collombon.

A notre micro, la Lyonnaise est revenue sur plusieurs sujets d’actualités comme le fameux “punto de oro” qui divise encore, mais aussi sur les raisons de l’absence des dames lors du Premier Padel de Doha.

Elle nous explique notamment les relations qu’entretiennent les joueuses avec le World Padel Tour et les instances dirigeantes de chez QSI.

“Je suis pour le Punto de Oro”

“Je me suis habituée au Punto de Oro et pour tout avouer j’aime bien ça, je trouve que ça rend les matchs plus courts et nous nous devons d’être toujours concentrés car tous les points comptent, ça peut aller très vite.

Après c’est vrai que quand tu joues avec ce système de comptage contre des paires très fortes ce sont souvent ces points là qui font la différence. A Alicante nous perdons 6/3 – 6/2 en faisant un bon match mais on a perdu trop de points décisifs et à ce niveau là ça se paye cash.

Si nous (les dames) avions joué au Premier Padel de Doha, j’aurais voté “Punto de Oro”. Et je crois que tous les Français ont voté ça. C’est vrai qu’au début je n’étais pas forcément pour comme la plupart des joueurs d’ailleurs mais on finit par s’y habituer et mine de rien les matchs sont plus courts. C’est intéressant car on fait beaucoup de matchs dans l’année et personnellement j’aime bien cette formule.

En tant que joueuse je trouve que l’on doit être concentrés à chaque instant mais en tant que téléspectateur c’est très intéressant car c’est spectaculaire, il y a de la tension“.

“Pour changer il faut que ce soit plus intéressant”

La Lyonnaise s’est expliquée sur la raison de l’absence des dames lors du premier grand tournoi made in QSI.

“L’objectif pour les organisateurs était d’avoir les garçons et les filles. Si les joueuses n’étaient pas présentes c’est surtout que nous voulons prendre notre temps lors de ces négociations.

Nous savons que nous avons un contrat avec le WPT jusqu’à fin 2023 et nous sommes dans une position où nous voulons négocier les meilleures choses pour nous. Nous n’avons pas encore signé avec Nasser al-Khelaïfi et QSI pour ce circuit là. C’est pour cela que nous n’y étions pas.

Ce n’est absolument pas un choix de Nasser. Bien sûr que lui a envie d’avoir les filles sur le circuit. C’est une question de timing. Pour le moment ça ne se fait pas mais peut-être que ça se fera en milieu d’année ou lorsque l’on aura terminé avec le World Padel Tour. Actuellement nous sommes dans une position de force et on essaye de négocier les meilleures conditions pour nous.

Rappelons que le circuit espagnol a récemment décidé d’offrir le même prize-money aux dames qu’aux hommes.

“Nous ne sommes pas bêtes et nous savons bien que cela a été fait pour embêter les garçons, mais bon on en profite. C’est vrai que nous ne nous y attendions pas car le World Padel Tour ne nous en avait pas du tout parlé.

Et c’est pour cela que maintenant nous pouvons négocier les meilleures conditions avec QSI. La réalité c’est que sans compter les grands chelems proposés par Nasser dans lesquels les prize-money sont très bien, la proposition de Nasser pour les tournois dit “futurs” n’est pas beaucoup au dessus de celle du WPT.
Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne, le WPT a une image, ses spectateurs…donc c’est pour cela que que si nous devons changer il faut que ce soit vraiment plus intéressant.

D’autant plus que le problème majeur aujourd’hui c’est que nous voulons toutes voir le contrat avant de le signer, ce qui n’est pas le cas. Il faut comprendre que cela engagerait sur 25 ans, ce qui n’est pas rien.”

“Une année chargée”

Les garçons vont avoir une année très chargée, ils vont devoir être prêts physiquement Si nous aussi nous sommes amenées à jouer sur le circuit (ndlr Premier Padel) nous devrons nous tenir prêtes. De même nous nous adaptons aux règles et si demain on nous demande de jouer avec les avantages on reviendra à ce système et nous devrons nous réhabituer lors des entrainements et des matchs. C’est juste une question d’adaptation“.

“Plus le tournoi est fort, mieux c’est pour nous”

Alix est revenue sur ce P2000 ainsi que sur les nouvelles paires présentes lors de ce premier grand tournoi de l’année.

En effet cette compétition était l’occasion de revoir des visages familiers sur les pistes. Nous pensons bien évidemment à Jessica Ginier, ancienne partenaire d’Alix Collombon avec qui elle a partagé la première place du classement ces dernières années.

Nous avons fait remarquer à la jeune joueuse que cette année de nouvelles équipes s’étaient formées également.

“Plus les matchs sont difficiles et intenses, mieux c’est pour nous de rester dans le rythme. Nous sommes compétitrices et nous aimons gagner quand c’est dur.

L’objectif sur ce tournoi sera bien entendu de le remporter mais c’est vrai qu’il y a pas mal de paires intéressantes. Je suis hyper contente de retrouver Jess. Elle revient plus tôt que prévu. “

Retrouvez l’intégralité de cette interview grâce à la vidéo suivante.

Sébastien Carrasco

Fan de padel et d’origine espagnole, le padel coule dans mes veines. Très heureux de vous faire partager ma passion à travers la référence mondiale de padel : Padel Magazine.