Stéphane Penso teste une fois de plus une des palas du marché du padel. L´occasion de vous donner une idée sur les nouveaux produits. Cette fois-ci, la Kuikma P990 Hybrid Soft.

Après un coup d’essai, un coup de maître ?

Un an après avoir lancé ses premiers modèles, Kuikma complète sa gamme en incorporant une nouvelle forme, la fameuse goutte d’eau. Proposée en deux versions, gomme dure et souple, c’est la souple, la Hybrid Soft, qui nous intéresse aujourd’hui.

Premier contact

Ce qui interpelle dès que l’on prend cette raquette en main, c’est son équilibre. On sent tout de suite qu´on va pouvoir maîtriser la balle.

C’est le propre de ces formes là, en goutte d´eau. Et je dois avouer que c’est bluffant, moi (Stéphane) qui n’ai connu dernièrement que des formes diamant.

La lanière est coulissante (je sais qu’il y a des fans). Le poids est idéalement réparti, nous sommes sur des valeurs basses, 362gr sur ma balance. Pour ceux qui recherchent un peu plus de poids en tête, rien ne vous empêche de rajouter un protecteur de cadre (+8gr).

L’esthétique reste sobre et basique, un fond noir avec des lignes de pastel et des touches rouges. Une particularité pour nos amis tennismen, le manche XL qui permet de faire les revers à 2 mains.

Mais trêve de blabla, il est temps d’aller taper la balle.

Sur le terrain

Les conditions de test ne sont pas parfaites, 20h30 avec un taux d’humidité de 65% et une température de 7°.
Dès les premiers échanges, l’étonnement est au rendez-vous. Les coups partent tout seul, sans forcer. Le bruit est absorbé, aucune vibration. L’EvaSoft offre un confort exceptionnel, et la tolérance de cette raquette dans les coups décentrés est tout simplement étonnante.

Fond de court

La réactivité de cette raquette vous sortira des situations les plus délicates. Pas besoin de forcer pour faire ressortir la balle quand on est en position défensive (contre vitre, vitre latérale), la gomme souple s’occupe de tout. Même chose lorsque nous avons à jouer un coup classique, coup droit ou revers, les efforts sont moindres, on lâche moins les coups et on joue plus en retenue, car ça part fort, très fort !

Il faudra un temps d’adaptation si on veut jouer dans les pieds de l’adversaire, et rajouter un petit effet lifté afin d’avoir une trajectoire courbée, ascendante-descendante, sous peine d’avoir une courbe trop raide.

Attaque de fond

Concernant le jeu d’attaque, c’est exactement le même phénomène qu’en défense, il faut contenir sa fougue afin de maintenir la balle dans le terrain. C’est d’autant plus flagrant quand on a besoin de lober, pas besoin de forcer pour que la balle prenne de la hauteur. Par contre, en sortie de vitre d’attaque (bajada), si vous êtes dans le bon tempo et bien placé, vous pouvez vous en donner à cœur joie et laisser exprimer la puissance de cette pala et de
votre bras.

Au filet

La maniabilité et le contrôle de cette pala sont tout bonnement formidables, et je mâche mes mots !

Forme goutte d’eau + gomme souple + équilibre parfait, et vous avez entre les mains la combinaison tant recherchée pour la grande majorité des joueurs, le ratio implacable maniabilité/puissance. Au filet la manœuvrabilité est époustouflante. Dans le jeu rapide, cette raquette est idéale. Son poids idéalement réparti, les volées réflexes ne sont plus un problème. Le seul point qui m’a gêné pendant ces 2 heures de jeu, est un manque de précision dans les coups au filet, ce qui était à prévoir. Une raquette légère et une gomme souple ne sont pas réputés pour offrir des coups chirurgicaux.

Smasher avec la P990 ?

Vous êtes joueur de gauche, légèrement “bourrin”. Vous n´avez qu’un seul objectif dans votre vie, faire sortir le plus de balles du terrain ? Et bien messieurs, même si sur le papier les caractéristiques de cette raquette ne sont pas optimales, pour claquer les par 3, et bien vous serez agréablement surpris !

Les puristes vous orienteront certainement vers sa petite sœur avec une gomme plus dure, pour plus de puissance, mais vous perdrez inexorablement en confort de jeu. Pour moi le choix est vite fait !

Les bandejas partent seules

De par son équilibre optimal, les bandejas et les viboras s’effectuent en étant un peu plus « secure ». Quand on se sent à l’aise avec une raquette, que son poids et son équilibre répondent parfaitement aux attentes du joueur, on lâche son bras plus facilement. Dotée d’une surface rugueuse, la prise d’effets  est carrément fantastique. Ça tourne, ça vrille, que l’on joue à gauche ou à droite, la balle qui touche le plexiglass adverse fuse avec une puissance et un angle étonnant. Ce sera d’autant plus utile pour les serveurs qui aiment mettre de l’effet, qui recherchent à tout
prix à toucher le plexiglass, même si je pense que cette raquette est plus adaptée aux serveurs qui mettent la pleine puissance dans la balle.

Conclusion

Nous avons ici une pala impressionnante, qui n’est pas bourrée de technologie, d’appellations ou de brevets déposés, les uns plus incompréhensibles que les autres. Kuikma s’est associé une nouvelle fois avec Horacio Alvarez Clementi, l’un des principaux noms du padel depuis des décennies pour se concentrer sur l’essentiel, proposer une raquette agréable avec des technologies éprouvées, qui conviendra au plus grand nombre, du joueur loisir à l’expert, de gauche ou de droite, et pour un prix tout simplement inconcevable par rapport à la qualité de cette raquette : 90€

Les plus :

  • Confort
  • Prise en main
  • Tolérance au décentrage
  • Bonne réserve de puissance

Les moins :

  • Marque manquant de visibilité sur les compétitions internationales
  • Peut être un peu trop légère pour ceux qui recherchent de la puissance brute

Julien Bondia

Julien Bondia est professeur de padel à Ténérife. Il est le fondateur de AvantagePadel.net, un logiciel très apprécié des clubs et joueurs de padel. Chroniqueur et conseiller, il vous aide à mieux jouer par l’intermédiaire de ses nombreux tutos padel.