InterviewsACTUALITÉS

Nallé Grinda: “Le padel en plein boom”

Padel Magazine – Nallé Grinda, l’ancien numéro 1 du padel français, revient avec sagesse sur son parcours, son histoire et plus globalement sur le développement du padel national…

Padel Magazine – Sur le forum Padel Magazine, nous apprenons que vous ne jouez plus au padel, est-ce toujours le cas ?

Nallé Grinda – En effet, j’ai arrêté de jouer au padel en compétition en 2010. Je sortais d’une période niçoise intéressante mais où le padel en compétition était devenu un peu une prise de tête. Une prise de tête surtout entre individus. J’ai finalement quitté la France pour aller aux USA et plus précisément à Miami. Pendant 3 ans, je n’ai plus touché de raquettes car les clubs étaient loin et le niveau pas fantastique. Mais ces derniers temps, il y a à Miami, une énorme émulation. Le Padel se développe énormément avec des gens extraordinaires… J’ai repris le padel. Et que c’est bon !

Lorsque vous êtes parti à Miami, vous vous êtes donc arrêté de jouer… Vous vous êtes lancé dans un autre domaine sportif ?

Oui, j’ai donc arrêté ou suspendu le padel pour un temps et je me suis concentré sur mon métier qui m’a poussé à venir a Miami : l’immobilier. Depuis ma sortie de l’université de UCLA a Los Angeles, l’immobilier a toujours été ma source de revenue principale et j’ai senti que c’était le moment de se lancer a Miami ou la crise des « subprimes » avait été particulièrement violente. Aujourd’hui le marché est sain et je me félicite d’avoir pris cette décision. D’autant plus que je suis maintenant bien installé et j’ai à nouveau du temps à consacrer à ma passion: le Padel.

Revenons un peu sur votre travail lié au padel lorsque vous étiez en France, que s’est-il passé ? Pourquoi le padel n’a-t-il pas pris ?

Il y aurait beaucoup de choses à dire… Le Padel n’a pas connu l’essor espéré en France à cause d’un manque de moyen évident. En comparant avec les pays ou il s’est développé plus vite, je pense que c’est du fait que les clubs de sport en France sont majoritairement publics et donc subventionnés par l’état alors que dans les autres pays ils sont souvent privés. La difficulté d’obtenir une subvention public est souvent plus difficile et plus longue que de convaincre des investisseurs privés de l’intérêt économique de construire des Padel. La superficie d’un tennis permet d’implanter 3 courts de Padel et donc d’avoir 12 joueurs payant par heure au lieu de 2 sur la même surface. Un investisseur privé comprend cela, un élu a plutôt tendance à soutenir un sport plus connu qui lui apportera éventuellement plus de vote! C’est un peu péjoratif mais c’est un exemple qui résume la différence entre les infrastructures sportives en France et dans d’autres pays comparables comme L’Angleterre, L’Allemagne ou même l’Espagne.

Ensuite Le développement du padel français a rencontré de nombreux problèmes. Il manquait de la communication, des gens capables de s’investir comme le fait votre magazine. Et quand certains s’investissaient ils étaient systématiquement montrés du doigt comme voulant « s’approprier » le Padel et se garder tout le gâteau. Mais s’il y a bien une chose dont je suis certain, c’est qu’aujourd’hui, personne n’a jamais gagné un centime avec le Padel en France! J’ai moi-même englouti des dizaines de milliers d’Euros à fond perdu…   Il y a également des conflits de personnes qui n’aident évidemment pas au développement du padel, des erreurs ont été commises également lors de certaines organisations. On peut également mentionner le manque de soutien des locomotives espagnoles qui mainte fois ont promis de s’investir en France sans pour l’instant tenir parole. Ce sont d’autant de raisons pour lesquelles le padel ne s’est pas développé en France comme il aurait dû l’être.

Certains estiment que Jean-Noël Grinda, votre père, (Président de la FF Padel) aurait pu faire bien mieux que le travail qui l’a accompli dans le padel… Et d’autres vont encore plus loin…

Je suis au courant de tout cela. Certains vont jusqu’à dire qu’il s’est fait de l’argent avec le padel, d’autres qu’il voulait garder le padel pour lui… Tout cela est aberrant.

Il a repris la Fédération de Padel parce qu’a l’époque il n’y avait personne qui voulait la reprendre! La fédération était à l’agonie et criblée de dettes à cause de la gestion de l’ancienne équipe. Il l’a fait parce qu’il aime ce sport. Il n’avait aucune raison de ne pas vouloir développer le padel. Ces propos sont donc bêtes. Malheureusement il s’est vite retrouvé confronté au manque de moyen et à très vite fait les démarches de rapprochement avec la Fédération Française de Tennis. Aujourd’hui il semble que ce souhait va se concrétiser et il passera la main avec plaisir et en collaborant comme il se le doit.

Vous avez été certainement au courant qu’une nouvelle instance s’est créer : La Ligue Nationale de Padel… Qu’en pensez-vous ?

Oui en effet, je suis au courant qu’il y a maintenant une nouvelle instance du padel (Ligue Nationale de padel) dirigée par un ancien de la FFP à savoir Cédric Carité. Du coup, nous avons aujourd’hui deux instances de padel. Je ne crois pas que ce soit bon pour la lisibilité du padel national.

On ne peut pas renier que Cédric Carité est à fond dans le padel, qu’il est un bon joueur de padel, et même un bon entrepreneur dans le padel. Mais au lieu de créer une autre fédération, qui par défaut est une association à but non lucratif, il aurait dû à mon avis, mettre son temps et son énergie dans le développement d’une société qui vend du padel! Il ne faut pas se leurrer, nous avons tous besoin de subvenir à nos besoins et à moins d’être un retraité ou à l’abri du besoin, personne n’a le temps de développer une activité sans rémunération. Après il y a eu des écueils avec certaines personnes et des histoires qui n’ont aujourd’hui plus d’importance… Je préfère regarder vers l’avant et j’espère que bientôt avec la FFT qui reprendra le rôle de fédération pour le Padel, cette sérénité dont nous avons tous besoin, s’installera. Tout le monde pourra trouver sa place et contribuer à l’essor de ce sport si fantastique.

Parlons du futur, que pensez-vous des dernières nouvelles concernant le padel national ? Pourriez-vous revenir en France et promouvoir le padel ?

D’abord, je crois que l’intégration du padel dans la FFT est une excellente chose. Maintenant, j’espère que le padel ne sera pas considéré comme un gadget et qu’il sera réellement développé. Mais je suis confiant. La FFT est une fédération très puissante avec des moyens importants que ni la ligue ni la Fédération de padel ne possèdent. Je pense que parallèlement au développement du padel, il y aura une multitude de nous veaux métiers liés à ce nouvel essor. Que ce soit dans la construction de terrain, la gestion de club, la formation de joueur ou l’organisation d’événements, tous ceux qui sont intéressés par le Padel peuvent prendre part a sa démocratisation en France… Comme cela a été le cas en Espagne par exemple où l’on compte aujourd’hui plus de 10.000 courts et près de 2.000.000 de joueurs!

Mon avenir personnel pour le moment est à Miami, Je joue maintenant sur le circuit américain qui est en plein boom, j’ai d’ailleurs remporté 2 tournois ces dernières semaines, je joue également pas mal d’exhibitions comme au Sony Open de tennis de Miami, la semaine dernière a Houston avec les frères Bryan, ou la semaine prochaine a Barcelone avec la plupart des anciens champions de tennis espagnoles (Costa, Bruguera, Corretja, etc..). Ils aiment beaucoup ce sport et beaucoup d’entres eux considèrent une reconversion dans le padel après le tennis comme largement possible. Sur le court mais aussi en dehors. Berasategui vient juste d’inaugurer son club de 14 courts! Les frères Sanchez ont une des plus grandes compagnies de construction de Padel du monde. Si tout cela se passe chez nos voisins ibériques il n’y a aucune raison que cela n’arrive pas en France. Je commence d’ailleurs à entendre des rumeurs d’implication de joueurs aussi emblématiques qu’Henri Leconte ou plus récemment de Nicolas Mahut… Tout ceci est excellent et à mon avis le padel va se développer, c’est certain. Ce n’est qu’une question de temps.

C’est un sport tellement convivial, tellement complet qu’il n’y a aucune raison qu’en France, pays de la raquette, que le padel ne trouve pas sa place.

Franck Binisti – Padel Magazine

Sur le même sujet:

Franck Binisti

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
X
X
Lire les articles précédents :
Des matchs qui resteront dans les annales

Padel Magazine - Le week-end du 29 et 30 mars a eu lieu la première étape de la saison de la région sud de la Ligue Nationale de Padel au...

Open International de Padel au Set Club

Le tournoi international de padel annuel du Set Club à Aix-en-Provence organisé par Jean Marc Lenoir et Romain Beaugrand offre une formule idéale pour tous les amoureux du padel qui...

L’Europe veut apprendre à jouer au Padel

En raison du grand intérêt que les clubs ont montré pour le padel européen, l'EPF (Fédération Européenne de Padel) a décidé de mettre en place la phase II pour les...

Fermer