Le mois d’octobre arrivant, la pluie fait son retour sur l’hexagone. Cette période marque la fin de la haute saison pour les clubs de padel outdoor… à moins que l’on puisse s’adapter aux conditions météorologiques.

L’influence de la pluie sur le jeu et sur l’équipement

Le sol du terrain de padel peut devenir très glissant lorsque la pluie est dense. Il faut alors adapter ses appuis pour contrôler ses déplacements et éviter les glissades. Au contraire, lorsque la pluie est légère, il est plus dur de glisser et le risque de se bloquer le pied au sol augmente : il faut alors être attentif pour ne pas faire souffrir ses genoux.

Lorsque la balle s’imbibe d’eau, elle rebondit moins mais les rebonds sont rapides et la balle fuse au sol. Le jeu est donc plus rapide.

Les vitres sont probablement l’élément qui devient le plus imprévisible en cas de pluie. En effet, la balle glisse sur la vitre et peut prendre une direction inattendue.

Enfin, les palas mouillées perdent de l’adhérence, ne permettant pas d’imprimer à la balle l’effet souhaité.

Les conseils pour être performant sous la pluie

L’échauffement devient très important en conditions extrêmes. Il doit être plus intense que d’habitude, notamment sur les jambes, pour se protéger d’éventuelles blessures.

Le jeu sera plus bas, il faut alors adapter sa position avec une flexion des jambes pour se mettre dans les meilleures conditions pour frapper la balle.

Les frappes contre les vitres doivent être moins fortes et plus contrôlées.

Jouez simple, sans chercher les effets pour ne pas commettre de fautes.

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.