Présent lors de la 10e édition du Cupra Padel Point-Tour se déroulant à Rennes ce week-end, l’un des prospects du padel français, Dylan Guichard, est passé à notre micro.

Roland-Garros : “On ne s’attendait pas à voir autant de monde pour des qualifications”

Padel Magazine : En juillet dernier on a pu te voir sur les courts de Roland-Garros dans le cadre des qualifications du Greenweez Paris Premier Padel Major aux côtés de Ludo Cancel. Malheureusement vous vous étiez inclinés en qualifications contre Nallé Grinda et Ruben River Serra. Plus d’un mois et demi après, quel bilan tires-tu de cette expérience ?

Dylan : « Avoir le privilège de pouvoir jouer à Roland-Garros, il y a encore quelque temps je n’aurais pas du tout imaginé pouvoir faire ça. Ensuite avoir le luxe d’avoir un court quasiment plein avec beaucoup de supporters, je pense que c’est la première fois.

Le fait aussi de pouvoir découvrir Roland-Garros comme les pros, être dans les vrais vestiaires des pros avec les vrais kinés, etc., c’était vraiment incroyable.

Sinon sur le match, je pense qu’il nous a manqué un peu de mieux partout. On a joué contre Ruben Rivera qui était un très bon joueur et qui l’est encore, et Nallé Grinda qui joue moins mais qui est très expérimenté et qui est très bon. Il a d’ailleurs fait une très bonne partie ce jour-là avec très peu de fautes. Il nous a manqué un peu de rigueur et d’agressivité, je pense aussi que tactiquement on aurait pu faire mieux.

On s’est un petit peu trop enfermé dans dans la diagonale de Ludo contre Ruben, il a eu du mal à prendre le dessus, ce qui est normal.

Et même moi je pense que c’était un peu 50-50, je me suis fait avoir aussi sur pas mal de points. Finalement on s’est fait breaker deux fois, je pense que ça s’est joué à des détails. L’expérience a joué et le fait que nous n’étions pas encore au niveau également, tout simplement.

Après on en tire globalement beaucoup de leçons. On était globalement satisfaits de ce qu’on a fait, parce qu’on ne joue pas ensemble depuis très longtemps et c’était déjà très bien de pouvoir évoluer à RG. »

Padel Magazine : Penses-tu qu’il y aura un avant et un après Greenweez Paris Premier Padel Major ?

Dylan : « Je pense que l’organisation a été incroyable. Il n’y a eu aucun problème, on a été super bien accueillis que ce soit au niveau transport, hôtel… Il n’y avait rien à redire au niveau des conditions des joueurs.

Je pense qu’il y aura un avant et un après dans le sens où le tournoi a été programmé de manière tardive pour un tournoi de cette envergure-là. J’imagine que l’année prochaine s’il y a plus de communication plus tôt, le public pourrait être décuplé.

Au niveau des qualifications on ne s’attendait pas à voir autant de monde, parce qu’au final c’était le week-end et vraiment c’était top. Il y avait vraiment beaucoup de monde. Mais je pense que le fait de l’annoncer plus tôt et de mettre un accent plus prononcé sur la communication, conjugué à l’évolution du padel d’ici un an, je pense qu’il y aura beaucoup plus de monde et que ça va faire un bruit deux voire trois fois supérieur. »

Dylan Guichard & Ludovic Cancel sur le court n°3 de Roland-Garros

Un an en mode “100% padel” à Barcelone

Padel Magazine : Lorsque nous t’avions interviewé à Doha pour Premier Padel, tu nous avait dit que tu étais à Madrid à la fois pour les cours et pour le padel. A l’heure actuelle où en es-tu ? Tu es toujours à Madrid ?

Dylan : « Alors à l’heure actuelle les choses ont pas mal changé. Je suis rentré de Madrid en mai dernier à la fin de mon année scolaire. J’ai travaillé cet été et là j’ai décidé de tenter ma chance pendant un an, en mode 100% padel. Du coup je pars de Madrid pour aller vers Barcelone. On va aller s’entraîner dans l’académie de Pablo Ayma, et j’ai des bons potes qui me suivent : on va être en coloc avec Manu Vives, Julien Seurin et Philémon Raichman. Ça va être top, parce qu’on va être aussi un peu avec Ben (Tison) et Scat’ (Jeremy Scatena) à l’entraînement et l’objectif est d’atteindre le plus haut niveau.

Pour l’instant on va rester sur le circuit FIP. On va se concentrer pas mal là-dessus et essayer de faire le plus de tournois possible d’ici décembre. L’objectif est d’essayer de rentrer avec nos points dans les qualifications du Major au Mexique fin novembre-début décembre. »

Padel Magazine : Justement comment faisais-tu pour concilier ta carrière de joueur de padel et tes études ?

Dylan : «  Franchement l’année dernière ce n’était pas facile parce que j’étais un peu entre deux. Avec le recul je me dis que c’était quand même bien et j’ai bien progressé, mais j’avais l’impression de tout faire à moitié : j’avais l’entraînement de padel le matin et ensuite c’était la course pour aller à la fac. Je n’avais pas le temps de faire tout ce que je voulais, pas le temps notamment de faire l’entraînement physique qui est le plus important pour moi je pense, parce que c’est là où j’ai le plus de lacunes.

Je pense que jusqu’au top 50-30 français c’est conciliable. Après là vu que j’ai envie de tenter l’aventure et pourquoi pas être professionnel, j’ai envie de me donner à fond dans le padel et de stopper mes études. Si jamais ça ne se passe pas bien, je sais que j’ai ma licence et je reprendrai sans problème. »

“En symbiose” avec Ludovic Cancel durant le P2000 du Mas

Padel Magazine : A l’heure actuelle tu fais partie des belles promesses du padel français. Ludo et toi êtes passés à côté d’un premier titre ensemble sur un P2000. Qu’est-ce qu’il te manque pour passer ce cap selon toi ?

Dylan : « Je pense qu’au niveau mental on était là, j’ai surtout aimé notre attitude sur ce tournoi. On était en symbiose tous les deux, on s’est super bien entendus, on s’est bien bagarrés.

Ça fait longtemps que je suis aux alentours de la 30e place et je n’avais pas encore gagné ce type de matchs couperet. Les tout meilleurs n’étaient pas là, mais on a su saisir l’opportunité. Certes pas pleinement parce qu’il y a eu cette défaite en finale, mais franchement sur le moment j’étais quand même très satisfait de mon tournoi. Si avant le début de la compétition on m’avait dit que j’allais perdre en finale, j’aurais signé tout de suite. Et après c’est vrai que c’est un peu décevant, parce qu’au final je pense que c’était du 50-50 sur ce match-là mais Yann et Manu ont très bien joué.

Je pense que la différence s’est faite au niveau de l’agressivité : chaque début de set on est repartis avec des balles neuves, on s’est fait avoir parce que forcément les deux jouent très vite et smashent très bien. On s’est fait surprendre et c’est sur ça que ça s’est joué. Au final il y avait une dimension physique aussi qui a joué durant la partie. Physiquement les deux sont meilleurs que moi, j’étais quand même bien mais il me manquait cette explosivité, ce petit pas en plus que j’avais lors du match précédent.

Mais dans l’ensemble c’est quand même un très bon tournoi. »

Objectif : atteindre les quarts de finale lors des prochains championnats de France

Padel Magazine : Les championnats de France approchent, avec qui vas-tu les jouer et est-ce que vous vous êtes fixé un objectif précis ?

Dylan : « Ça sera bien entendu avec Ludo Cancel, suite à ce qu’on a fait c’est logique. On a gagné les championnats de Bretagne ensemble, c’était cool.

Est-ce qu’on s’est fixé des objectifs ? Honnêtement non, on n’a pas vraiment discuté de ça. Après il y a quand même un objectif qui est d’être dans les 8 têtes de série pour ces championnats de France. Ludo est super bien classé au classement français, moi comme j’étais à Madrid je n’ai pas fait beaucoup de tournois en France dernièrement. Mais là je suis aux alentours de la 220e place mondiale, normalement il y a deux ou trois tournois FIP avant les championnats de France. J’espère pouvoir rentrer dans le top 200 et être pourquoi pas 8e, 9e ou 10e français et être dans les 8 têtes de série, parce que forcément ça facilite le tournoi : ça ouvre la voie vers un quart potentiel bien plus facilement qu’en étant derrière (au classement), où ça se joue un petit peu plus à la chance.

De manière générale on serait contents d’être en quarts, mais demi-finale ce serait top ! En tout cas le plus important serait d’avoir la rigueur qu’on a eue sur les tournois d’avant et pourquoi pas avoir ce « supplément d’âme » et aller chercher quelque chose de beau. Mais en tout cas l’objectif premier est d’atteindre les quarts, mais si on va plus loin c’est tant mieux ! »

L’ambition d’intégrer le stage de l’équipe de France à Barcelone

Padel Magazine : Une fin d’année en somme assez chargée, puisque les mondiaux au Qatar arrivent également dans la foulée. L’équipe de France, est-ce que ça trotte dans un coin de ta tête ?

Dylan : « Honnêtement j’y pense un peu, c’est normal : on est un peu dans le cercle des joueurs qui peuvent y prétendre. Après je ne fais pas une fixette dessus, parce que le plus objectivement de monde je pense que je n’ai pas encore ma place dans l’équipe de France. Je pense qu’il y a au moins 8 joueurs (si ce n’est plus) qui sont meilleurs que moi.

Par contre je sais que le stage j’y pense et j’aimerais bien y être, parce que ça fait toujours plaisir et de plus je sais que sur le CV pour les sponsors c’est une belle expérience. Si je peux intégrer le top 10 le plus rapidement possible et participer à ce stage c’est cool. Je sais qu’il n’y a que 12 places, c’est assez restreint et je ne suis pas certain d’y être. Mais ça, j’y pense vraiment. Je pense que c’est encore un peu tôt pour être dans les 8, mais après Pablo a dit qu’il se basait pas mal sur les projets et qu’il se baserait beaucoup sur ce qu’il verrait lors de ce stage.

J’ai forcément envie de bien faire et d’y croire, mais après objectivement il doit y avoir 8 joueurs qui peuvent y prétendre plus que moi. »

Son avis sur l’édition rennaise du Cupra Padel-Point Tour

Padel Magazine : Aujourd’hui on se retrouve dans un cadre assez spécial puisque nous sommes là pour le Cupra Padel-Point Tour. Qu’est-ce ça te fait de voir un tel événement de padel dans ta ville de Rennes ?

Dylan : « C’est le premier auquel je participe mais j’ai vu à chaque fois sur les réseaux sociaux l’ampleur qu’il y avait à chaque tournoi précédent. J’ai trouvé ça top, à chaque fois ils réussissent à ramener beaucoup de monde. Le fait d’avoir des animations, des exhibitions et de pouvoir faire jouer les bons joueurs avec ceux qui découvrent le padel ou ceux qui sont à un niveau bien plus amateur, je trouve ça vraiment ludique et top !

Le concept est génial, j’avais un doute sur la période et le fait que ce soit à Rennes mais au final le cadre est génial, ce club est super. Franchement il y avait beaucoup de monde et notamment durant l’exhibition, l’édition est top et le circuit est super cool. »

Nasser Housseini

Passionné de football, j’ai découvert le padel en 2019. Depuis, c’est l’amour fou avec ce sport au point de délaisser mon sport de prédilection.