La mexicaine, Ana Maria Cabrejas a décidé de suspendre ponctuellement sa profession d’architecte d’intérieur, pour se consacrer pleinement à sa passion du padel et accomplir son rêve en se classant dans le Top 100 du World Tour Padel féminin.

Forcément, l’aventure d’Ana nous rappelle aussi celle de la française Laura Clergue, première joueuse à tenter l’aventure du WPT.

Du tennis au padel

“J’ai joué au tennis lorsque j’étais jeune et à 17 ans, on m’a invitée à jouer un tournoi de padel et c’était similaire au niveau de la raquette, de la balle, les points éteint comptés de la même manière, j’ai gagné le tournoi, à ce moment-là j’étais la meilleure chez les moins de 18 ans et j’ai représenté le Mexique à la Coupe du monde à Séville, en Espagne.”, a déclaré Cabrejas dans une interview à Record.

Elle rajoute : “J’ai étudié l’architecture d’intérieur, j’ai obtenu le diplôme et j’ai exercé le métier. J’étais numéro un au Mexique mais je n’ai pas joué professionnellement, lors de ma dernière Coupe du monde, au Portugal, c’est à ce moment-là que je suis devenue accro et je me suis dit «je veux jouer en tant que professionnelle”. Je suis allée en Espagne pour jouer le World Padel Tour et je suis professionnelle depuis trois ans, je suis entrée dans le Top 100 l’année dernière et là je continue petit à petit”.

Ana Maria Cabrejas volée coup droit

Objectif Top 20 Mondial.

Le fait de quitter sa famille pour devenir une athlète de haut niveau a été un processus compliqué mais cela lui a finalement donné entière satisfaction.

“Je rêve d’atteindre le plus haut niveau possible dans le classement mondial, il est très difficile d’entrer dans le Top 100 mondial, j’espère pouvoir entrer dans les 20 meilleures joueuses un jour. Pour pouvoir donner le meilleur de moi-même et représenter le Mexique de la meilleure façon. J’adore que le drapeau de mon pays soit présent”, a-t-elle affirmé.

97ème joueuse mondiale

Ana Maria démontre aux jeunes joueurs de padel qu’avec détermination et efforts, il est possible d’atteindre ses rêves en se donnant les moyens de ses ambitions.

“C’est quelque chose qui me comble totalement, j’adore ce que je fais, je suis passionnée en représentant mon pays, j’adore voir un drapeau du Mexique dans le Top 100 mondial. Je veux que les autres filles / garçons me voient comme une référence et disent “oui, tu peux”, il faut oser, être courageux, rien n’est facile. Je pensais que ça allait être plus facile mais pas du tout, c’est deux fois plus difficile, mais quand on met suffisamment d’énergie, il n’y a pas de choses impossibles“, conclue Ana Maria.

Source : Record

Crédit photo : Miguel Ponton.

Sylvain Barnet, couteau Suisse Français et passionné de sports. Geek à la plume bien aiguisée, aime lorsqu’un plan se déroule sans accroc. Et toujours partant pour une partie.