Nous avons interviewé Robin Haziza, le sélectionneur de l’équipe de France féminine de padel. Il revient sur ses choix à un peu moins de deux mois des championnats d’Europe de padel.

« Rien ne remplace la compétition ! »

Padel Magazine : Robin, quel est l’état d’esprit avant ce stage de sélection ?

Robin Haziza : « Nous le savons tous, nous avons vécu une année extrêmement difficile et pauvre en termes de compétition.

Seules les joueuses au projet international ont un calendrier de tournoi chargé, pour les autres vivant en France c’est bien plus compliqué. Elles s’entrainent, on se parle de manière régulière, je les motive comme je peux mais malgré tout rien ne remplace la compétition…

Et en parlant de compétition, il y en a une à préparer et elle nous tient à cœur : c’est ce championnat d’Europe à Marbella qui promet d’être de très haut niveau avec toutes les meilleures nations européennes présentes !

Ce stage est donc la première étape qui nous conduira au championnat d’Europe. Nous avons délibérément souhaité mettre les joueuses en mode « compétition » à l’image de ce qu’on vivra à Marbella.

L’idée c’est sur un temps réduit de proposer aux joueuses beaucoup de matchs pour pouvoir évaluer les forces en présence, les états physique et technique de chacune et d’avoir une idée très précise à la fin du week-end du groupe qui partira à Marbella. »

Trois leaders en équipe de France féminine

Padel Magazine : Comment as-tu validé tes choix ? Quels sont les piliers de la Team France chez les filles ?

Robin Haziza : « 

Il y a d’abord une véritable base des championnats d’Europe 2019, où toutes les filles depuis ont continué à jouer, à s’entrainer et à être performantes.
Nous retrouvons donc Alix CollombonJessica GinierLéa GodallierMélissa MartinAmélie FeaugasCharlotte Soubrié et Marianne Vandaele.

Ensuite j’ai souhaité revoir Mai Vo qui n’a pas été épargnée par les blessures mais en ayant un contact régulier avec elle je sais qu’elle s’entraine beaucoup et qu’elle est en pleine possession de ses moyens. C’est une joueuse qui a beaucoup de qualités et qui a la chance de pouvoir s’entrainer avec Amélie sur Bordeaux.

Ensuite j’ai fait appel à une nouvelle génération de joueuses : 

  • Fiona Ligi qui a tenté l’aventure en Espagne, qui s’entraine à Perpignan et qui est performante depuis déjà quelques saisons
  • Elodie Invernon que je suis depuis un moment, qui s’investit, qui a fait de très bons résultats
  • Wendy Barsotti qui démontre beaucoup d’envie, qui a un vrai projet padel et qui, on l’a vu dernièrement, a fait d’excellents résultats 
  • Charlotte Villeminot, qui elle aussi s’entraine, s’investit. Elle est gauchère c’est un profil que nous n’avons pas et qui peut être très intéressant

Nous avons donc un super groupe, des filles motivées et ambitieuses, toutes ont envie de porter le survêt’ France, une concurrence saine qui permettra à chacune d’augmenter son niveau de jeu et par ricochet le niveau de l’équipe.

Alix, Jess et Léa sont nos 3 leaders, exemplaires sur le terrain et dans l’état d’esprit je veux qu’elles embarquent toutes les filles dans le wagon. On fera des tests, des combinaisons, pour trouver les meilleures associations possibles mais aussi une vie de groupe saine avec un objectif commun et avec ces 3 là, l’envie de gagner est omniprésente !« 

De l’ambition pour les championnats d’Europe !

Padel Magazine : Quels sont les objectifs de résultats pour les prochains championnats d’Europe ?

Robin Haziza : « A priori les meilleures nations seront présentes, nous avons gagné en 2019 sans l’Espagne et le Portugal. Nous connaissons tous le vainqueur, à nous d’être sur le podium…Trois ou quatre autres nations peuvent y prétendre, ça sera une jolie bagarre mais on sera prêt ! »

Padel Magazine : Comment comptes-tu marier les joueuses au niveau des paires ?

Robin Haziza : « Comme je l’ai dit le stage sera axé sur les matchs, les filles joueront avec leur partenaire habituel mais de nouvelles combinaisons seront proposées.

Il y a quelques inconnues sur l’état de forme des joueuses, changer de partenaire et d’adversaire me permettra de voir différentes options.
Pas mal de joueuses sont capables de jouer des deux côtés, il faudra en un temps réduit trouver les meilleures affinités. »

« Avoir la meilleure équipe possible »

Padel Magazine : Peux-tu nous dire quelques mots sur la non-sélection de Laura Clergue ?

Robin Haziza : « Ce n’est absolument pas une « non-sélection » de Laura. J’aurais évidemment aimé qu’elle soit avec nous, je la connais depuis des années, une excellente joueuse, une expérience du circuit pro et de nombreuses sélections en équipe de France où elle a toujours bien joué. Elle réunit toutes les conditions pour être en équipe de France. Elle en a décidé autrement, nous avons beaucoup échangé ces derniers mois, elle a ses raisons qui lui sont propres et que je respecte.
Le capitaine que je suis est déçu mais ce sont ses choix, et je me dois de les respecter. Aux autres filles de saisir l’opportunité et de se montrer performantes. »

Padel Magazine : Léa Godallier était habituée à partager la piste avec Laura en France, avec qui jouera-t-elle désormais ?

Robin Haziza : « C’est une décision et un choix qui lui appartiennent, je ne suis pas force de proposition mais un simple conseil si besoin. Les joueuses savent très bien que mon téléphone est toujours allumé pour échanger et donner mon avis, néanmoins le choix est toujours celui de la joueuse. »

Padel Magazine : Léa et Alix sont nos deux meilleures joueuses au niveau international, que penserais-tu de les associer ? Disons Léa à gauche et Alix à droite ?

« Je pense que ce sont deux excellentes joueuses, capables de jouer dans différentes configurations. C’en est une mais il y en a d’autres et c’est à ce titre que ce stage sera je l’espère riche d’enseignements pour avoir la meilleure équipe possible ! »