Philippe Cerfont, le Président de la FEPA, revient sur les évènements organisés par la FEPA en 2021 et sur les relations de sa fédération avec la FIP.

Les évènements de la FEPA en 2021

“Côté institutionnel, nous avons malheureusement dû reporter l’Euroamerica Padel Cup qui devait se dérouler en mars en Argentine et qui se jouera probablement en août. A part cela, il y a aussi le championnat d’Europe en fin d’année (NDLR probablement en Suède) et peut-être d’autres épreuves par pays (Champions’ Trophy par exemple) si le Covid se calme un peu. Nous proposons également, en collaboration étroite avec l’APT Padel Tour pas mal de tournois de grande qualité à travers l’Europe, aussi bien des tournois APT que des tournois FEPA, comptant pour le même ranking. Ce dernier permettra aux joueurs de récolter des points pour entrer plus facilement dans les tableaux des événements majeurs APT.”

FEPA/APT : le circuit le plus international

“Le nouveau directeur du circuit APT, Thomas Johansson, fait un boulot formidable. Il a bien compris que le padel professionnel ne devait pas seulement se dérouler en Espagne. Le calendrier 2021 de l’APT et de la FEPA n’est pas encore complet mais il sera immanquablement très très international pour le plus grand plaisir des passionnés de padel qui se multiplient rapidement dans tous les coins d’Europe. Au minimum 8 pays européens différents pour la première année du circuit APT en Europe, c’est déjà magnifique et déjà beaucoup mieux que le WPT qui se joue principalement en Espagne. Nous attendons au minimum un tournoi FEPA par fédération donc rien qu’avec ça, il y a déjà du travail.

Les relations entre la FIP et la FEPA

“Je pense qu’on doit arrêter de systématiquement opposer FIP & FEPA. Notre organisation souhaite un padel international pacifié et uni et nous ferons tout pour y arriver si l’occasion se présente. La FEPA est une fédération européenne, notre focus est donc évidemment le développement du padel en Europe. La croissance du padel sur notre continent est exceptionnelle, nous nous en réjouissons. Si on peut un jour travailler avec la FIP, comme cela devrait se faire depuis le début, nous y sommes favorables, mais ce n’est pas la fin du monde non plus si on n’y parvient pas. La vision de la soi-disant unité prônée par la FIP est en fait une subordination de la FEPA à la FIP. Nous ne sommes pas favorables à cette idée car nous pensons avoir toutes les capacités pour mener à bien notre projet sans supervision de la FIP. Nous sommes par contre pour une collaboration et une coordination renforcée avec la FIP. Nos membres en ont franchement marre de toute cette politique et ils veulent être libres de faire ce qu’ils veulent sans aucune pression inutile.”

“Lors de notre assemblée générale de décembre 2020, j’ai proposé la constitution d’un groupe de travail pour tenter une nouvelle fois de trouver des solutions de convergence. Ce groupe se compose des présidents des fédérations de Hongrie et d’Irlande. Il y a eu des contacts avec la FIP et son président mais sans résultat tangible pour l’instant, on verra. Je pense qu’un accord est possible si des gens raisonnables arrivent à se parler dans un esprit constructif. Nous avons un esprit constructif.”

Philippe Cerfont, Président de la FEPA et Luigi Carraro, Président de la FIP, en 2019

Peu d’intérêt pour la FIP en Europe ?

La FEPA et la FIP devraient à mon avis travailler côte à côte. Le travail à effectuer au niveau mondial étant colossal, je ne comprends personnellement pas l’entêtement de la FIP à vouloir continuer à entraver notre travail car il y a clairement une dynamique européenne propre.

La FIP a traditionnellement eu peu d’intérêt pour l’Europe car son système électoral privilégie les pays Sud-américains. C’est ainsi que le Paraguay, l’Uruguay, le Brésil, l’Argentine, le Chili et le Mexique (6 sur +-40 pays) totalisent près de 40% des voix à l’assemblée générale de la FIP.

Différents pays européens se sont élevés devant cette injustice car nous pensons que le système en place est injuste et doit être réformé. Il sera bien évidemment compliqué d’obtenir une majorité qualifiée sur le sujet en AG car certains pays souhaitent évidemment garder leur « importance » politique même si elle ne correspond pas à la réalité.

C’est pourquoi on peut dire qu’aujourd’hui, le noyau dur de la FIP, ce sont ces pays sud-américains et les quelques fédérations européennes de tennis (France, Italie, UK). A l’exception notoire de l’Espagne qui a récemment quitté la FEPA mais qui est une fédération purement padel. ”

“En fait, aujourd’hui, je pense que peu de fédérations européennes attendent encore quelque chose de la FIP et s’en désintéressent totalement, tout comme le grand public d’ailleurs. Notre organisation n’a rien contre la FIP ni contre personne. Au contraire de la FIP et de leurs amis du WPT, nous n’employons pas de moyens de pression pour empêcher nos joueurs ou nos fédérations de participer à ce qu’ils souhaitent… Nous voulons nous concentrer sur notre projet, sans toujours être opposé à la FIP. Qu’ils fassent leur travail, nous leur souhaitons la meilleure des réussites.”

Des pays qui participent aux deux championnats d’Europe ?

“Oui certainement, j’espère que la FIP reviendra sur terre et se concentrera sur les différents évènements dont elle a déjà la charge mais ce serait étonnant à ce stade. Nous restons cependant ouverts au dialogue et espérons évidemment n’avoir qu’un seul championnat d’Europe en 2021. Je pense que tous nos pays répondront présents pour notre rendez-vous de fin d’année en Suède. Si deux championnats sont organisés, nous n’empêcherons personne de participer à d’autres évènements que les nôtres.”

De nouvelles associations membres de la FEPA

“D’abord, il faut savoir que nos statuts ne nous permettaient pas d’accueillir des associations régionales ou des associations de joueurs. Nous les avons changés en décembre dernier pour répondre aux demandes de ces organisations et ainsi permettre aux joueurs dont la fédération principale reconnue n’est pas membre de notre fédération de quand même participer à nos évènements. Nous avons reçu quelques candidatures, elles ont été acceptées lors de notre dernier conseil d’administration la semaine passée. Nous nous en réjouissons.”

“Il s’agit d’associations régionales ou d’associations de joueurs constituées légalement dans leurs pays et qui, bien sûr, pourront envoyer des joueurs aux compétitions. Je laisse le soin à ces associations de faire les annonces qu’elles souhaitent sur leur territoire.”

Alfredo Garbisu candidat à la FIP, serait-il le remède pour réconcilier FIP/FEPA ?

Je pense, oui. Même si Luigi Carraro a certainement toutes les cartes en main pour joindre les actes à la parole et véritablement unir le monde du padel. Comme je l’ai dit plus haut, malheureusement, beaucoup de mots et d’efforts de communication vers le grand public mais peu d’actes constructifs. Peut-être que cette année post-covid sera une année de grande réconciliation. Je le souhaite personnellement tout comme la grande majorité du monde du padel mais les haines entre les personnes sont tenaces et les structures institutionnelles ne favorisent pas une situation saine.”

Une réconciliation possible avec Luigi Carraro ?

“J’essaie de donner un peu d’informations au public car la communauté ignore généralement ce genre de choses et ne comprend pas pourquoi le padel institutionnel semble toujours en désaccord. Le discours officiel de la FIP, que j’aurais envie d’appeler propagande car très éloigné de la réalité du terrain, fait un appel récurrent à l’unité… En fait, il ne s’agit pas d’unité, il s’agit réellement de suivre inconditionnellement le leadership de la FIP. Son président, Luigi Carraro, qui a par ailleurs beaucoup de qualités, ne peut en effet pas supporter qu’une fédération de fédérations européennes indépendantes existe sans être contrôlée par son organisation. Le problème existait déjà avec son prédécesseur, M.Patti, qui souhaitait créer une « commission » européenne, ce que M.Carraro a d’ailleurs réalisé récemment sans beaucoup de succès à l’extérieur des quelques fédérations précitées…

Je pense que Luigi a hérité d’une situation compliquée et il a vite compris sur qui il pouvait s’appuyer pour consolider son emprise. C’est en fait un politicien. L’Europe a peu d’intérêt pour son projet de domination mondiale donc il n’a jamais considéré notre fédération comme stratégique. Il prône l’unité, le padel olympique etc mais malheureusement les actes et surtout les réalisations concrètes sur ces sujets ne suivent pas. Dommage pour notre sport. Les raisons de nous réjouir sont cependant beaucoup plus nombreuses que les choses négatives et les disputes de bas étage pour le contrôle du padel international. Notre sport est dans une dynamique très positive et nous ne souhaitons plus perdre d’énergie dans ces querelles stériles. Tout ira bien. Peace !

Notre avenir passe par l’organisation d’évènements de qualité et un focus sur les besoins des fédérations, des clubs et des joueurs, si la FIP veut nous rencontrer sur ces points, je pense qu’on pourra s’entendre.”

Team Padel Mag

L’équipe Padel Magazine tente de vous offrir depuis 2013 le meilleur du padel, mais aussi des enquêtes, des analyses pour essayer de comprendre le monde du padel. Du jeu à la politique de notre sport, Padel Magazine est à votre service.