« Toute sortie est définitive » : cette règle bien connue des spectateurs de festivals ou parcs d’attraction s’applique parfois aux joueurs de padel. On vous explique pourquoi et comment.

Durant toutes les preprevias et jusqu’à l’avant-dernier tour des previas du Human Padel Open de Toulouse, les sorties ne sont pas autorisées. Cette règle – commune à toutes les épreuves du World Padel Tour – s’applique même sur les pistes 1 et 2 du 4Padel de Colomiers, dont la configuration permettrait pourtant aux joueurs d’aller récupérer les smashes frappés en par 3.

Mais comme ce n’est pas le cas sur les autres terrains du complexe, rapprochés les uns des autres, l’équité entre joueurs et joueuses conduit les organisateurs à interdire les sorties pour tous, sur toutes les pistes.

Arturo coello sortie marbella

Surface rapide et températures élevées

Pour les joueurs amateurs, une telle contrainte n’a que peu d’incidence, car les par 3 ne sont pas si fréquents et rares sont ceux qui sont à même de les défendre. Mais au niveau professionnel, surtout chez les messieurs, la puissance des smasheurs et leur capacité à trouver le lift et la zone qui envoient la balle dehors multiplient le nombre de par 3.

C’est encore plus le cas avec des balles neuves, dans des conditions rapides, quand les températures sont aussi élevées que ces jours-ci à Toulouse. Et comme le plafond n’est pas aussi haut qu’au Palais des Sports de Toulouse, les lobs doivent être absolument parfaits pour se mettre à l’abri de ces smashes qui sortent, synonymes de points perdus dès que la balle franchit les 3 mètres du grillage latéral (d’où l’expression « por tres » en espagnol – traduite « par 3 »).

« Il faut lober dans les 10 ou 15 derniers cm de la piste »

Bastien Blanqué et Francisco Jurado en ont fait les frais dimanche face à Jairo Bautista et Pablo Garcia, deux joueurs de 1,90 et 1,88 m, qui ont multiplié les smashes gagnants. « Il fallait lober dans les 10 ou 15 derniers centimètres de la piste pour s’en sortir », nous a confié Blanqué, frustré car, en bon défenseur, il était à même de récupérer plusieurs des par 3 de Jairo.

Mais à partir de ce mardi après-midi, tout va changer à Toulouse-Colomiers : les finales des previas se joueront en effet toutes sur les pistes 1 et 2, si bien que les sorties deviendront autorisées. De quoi satisfaire à la fois les joueurs et le public, car le spectacle deviendra encore plus exceptionnel.

Et bien évidemment, à partir de mercredi au Palais des sports, aucune sortie ne sera définitive : alors, la parole (et les actes) sera aussi à la défense !

jérome arnoux journliaste

Après 40 ans de tennis, Jérôme tombe dans la marmite du padel en 2018. Depuis, il y pense tous les matins en se rasant… mais ne se rase jamais pala en main ! Journaliste en Alsace, il n’a d’autre ambition que de partager sa passion avec vous, que vous parliez français, italien, espagnol ou anglais.