La Fédération Française de Tennis, intentera-t-elle une action devant le Conseil d’Etat ? C’est en tout cas le souhait du Président de la FFT, Bernard Giudicelli.

Une action devant le Conseil d’Etat ?

Par l’intermédiaire d’un post sur facebook, le Président montre clairement son intention de ramener une certaine normalité dans les clubs et la vie des joueurs. Il espère obtenir l’autorisation du comité exécutif de la FFT qui se déroulera vendredi prochain pour permettre à la Fédération de passer à l’action :

La conférence organisée par le CNOSF des Fédérations Olympiques a montré la gravité de la situation pour notre vie associative, pour nos clubs et tous les métiers qui vivent du sport.

Nos cris d’alerte, nos messages ne sont pas entendus.

Vendredi prochain au Comité exécutif je demanderai l’autorisation d’intenter une action devant le Conseil d’Etat pour que notre sport qui offre toutes les garanties de protection sanitaire puisse être pris en compte dans dans sa spécificité.

Nous pouvons jouer au tennis ou au padel et empêcher la circulation du virus.

Une situation complexe pour la FFT

Si les récentes mesures permettent à la FFT de travailler autour d’un nouveau plan de relance pour les professionnels du tennis, les amateurs, joueurs, clubs et entraîneurs se disent souvent oubliés.

Dans le cadre de son plan de soutien et de relance du tennis français, la FFT met en place le Challenge Pro FFT, une nouvelle série de tournois destinés aux joueuses et joueurs professionnels, entre novembre et décembre.

Une bonne chose pour les professionnels. Mais, pour l’instant, la FFT semble ne pas pouvoir faire plus.

La Fédération, peut-elle réellement faire autrement ? Elle ne peut que faire et agir en fonction du règlement mis en place par le gouvernement.

Et c’est justement sur ce dernier point que la FFT pourrait passer à l’offensive pour autoriser les clubs à rouvrir. Pour le Président de la FFT, “Nous pouvons jouer au tennis ou au padel et empêcher la circulation du virus”.

Les mesures sanitaires appliquées dans les clubs sont contraignantes. Le tennis comme le padel ne sont pas à proprement parler des sports de contact, le seul contact se faisant par l’intermédiaire d’une balle.

Bernard Giudicelli est très clair sur son état d’esprit :

Au printemps nous avions été confinés le 17 mars et avions rouvert (le tennis)  le 11 mai soit 55 jours plus tard. Nous avons agi pendant 15 jours avec le mouvement sportif mais maintenant nous allons plaider notre différence.

Il y a urgence du côté de la FFT qui doit constater une chute de 30 mille licenciés en un an.

Photo tirée de facebook que nous n’avons pas réussi à sourcer.

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.