Après plus de 2 h 30 d’un suspense haletant, Léa Godallier (36e) et Teresa Navarro (44e) se sont inclinées face à Barbara Las Heras (18e) et Veronica Virseda (17e), sur le score de 6/1 3/6 7/6.

Une première manche à sens unique

Au premier set, la Française et sa partenaire ibérique subissent la loi des Espagnoles et peut-être l’enjeu de ce premier match. Elles s’inclinent 6/1 mais semblent manifestement en dessous de leur niveau potentiel.

Le second set est acharné, mais la paire franco-espagnole parvient à faire le break au 8e jeu. A 5/3, elles remportent leur service et s’offrent un 3e set, soutenues par un public en feu.

Teresa Navarro demande alors l’intervention d’un kiné avant le début du 3e set, mais revient sur le terrain sans montrer de signe de faiblesse.

Le Palais des Sports s’enflamme

Dans la foulée, la paire la moins bien classée parvient à faire le premier break du set et à mener 2-1. Mais au jeu suivant, elle doit sauver deux balles de break : c’est le cas avec brio pour la première, mais sur la seconde, un lob de Teresa échoue tout en bas de la vitre. La bagarre continue et au 6e jeu, Godallier et Navarro sauvent avec succès deux autres balles de break et égalisent 3-3.

Pendant ce temps, le Palais des Sports s’enflamme de plus en plus, avec l’espoir qu’une Française accède aux 1/8e de finale.

Poussées par ce public, Léa et Terera font un nouveau break à 4-4 pour mener 5-4, mais subissent un débreak blanc ensuite. Repartant tout de suite à la bataille, elles refont le break illico, menant 6-5. Virsedas et Las Heras ne s’avouent pas vaincues et parviennent à prendre le service de Teresa Navarro une nouvelle fois, dans un suspense insoutenable.

Dans le tie-break, les Espagnoles parviennent à hisser encore leur niveau de jeu, ne commettant plus aucune faute. Une volée trop facile offerte, une vibora qui prend la vitre puis une excellente volée croisée de Las Heras rendent impossible la mission de Godallier/Navarro. Cette dernière tente encore un retour long de ligne gagnant, mais il effleure la grille d’un cheveu. A 2/6, une ultime bandeja de Léa échoue dans la bande du filet, sonnant le glas de leurs espoirs de 1/8e.

jérome arnoux journliaste

Après 40 ans de tennis, Jérôme tombe dans la marmite du padel en 2018. Depuis, il y pense tous les matins en se rasant… mais ne se rase jamais pala en main ! Journaliste en Alsace, il n’a d’autre ambition que de partager sa passion avec vous, que vous parliez français, italien, espagnol ou anglais.