Mapi et Majo Aletayo sont deux jumelles inséparables. Leur carrière est tant fructueuse que singulière. Qui sont-elles vraiment et pourquoi pourraient-elles bousculer de nouveau le circuit féminin cette saison ?

Nos confrères italiens Mr Padel Paddle et Corriere dello Sport nous ont aidé à en savoir plus.

Les Gemelas Atómicas

Maria Pilar et Maria José Sanchéz Aletayo sont nées en 1984 à Saragosse. Les deux sœurs ont toujours eu une raquette dans la main. La première était une raquette de tennis, avec laquelle elles deviennent championnes d’Espagne de double à seulement 19 ans.

“Nous avons commencé le tennis à 6 ans, mais nous avons “pris notre retraite” à 19 ans pour nous concentrer sur nos études”, explique Majo.

Lorsqu’elles jouaient au Real Zaragoza Tennis Club, leur coach leur inculquait les valeurs des fourmis : de grandes travailleuses avec un grand sens d’appartenance à l’équipe. Mapi apprend alors qu’un dessin animé s’appelle “Les Fourmis Atomiques”. Elles décident alors de se rebaptiser las Gemelas Atomicas -les Jumelles Atomiques. Ce surnom les poursuivra tout au long de leur carrière.

Elles mettent progressivement le tennis de côté, mais leur destinée les rattrape : en 2009, la paire prend forme pour s’immiscer sur le circuit féminin. Elles ne se sépareront plus jamais et illumineront de leur fougue le padel mondial. Elles finissent la saison à la première place du ranking mondial à quatre reprises (2014, 2015, 2017 et 2018). Elles détiennent le record de victoires consécutives avec 20 matchs invaincues.

mapi-majo-sanchez-alayeto

“Le padel est rapidement devenu une passion”

“En 2008, des amis nous ont invitées à jouer au padel. Nous avions du mal au début, mais on s’est rapidement prises de passion pour le padel. Si vite qu’en 2010 nous décidions de déménager à Madrid pour nous entraîner et devenir joueuses professionnelles. Nous voulions gagner notre vie avec ce sport auquel nous sentions déjà que nous appartenions”, raconte Mapi.

La préparation des jumelles

“Au cours de la pré-saison, on se concentre surtout sur une grosse préparation physique et on travaille beaucoup sur les erreurs que nous avons l’habitude de commettre sur le court. Pendant la saison, nous privilégions la qualité à la quantité avec du travail tactique et technique.”

“Nous avons également compris l’importance du travail mental. Nous avons un préparateur mental depuis 2013, et si vous regardez les meilleures paires du circuit aujourd’hui, elles sont toutes accompagnées sur l’aspect mental.”

“L’aspect technique est très important lorsque l’on débute dans un sport, mais arrivé au stade de pro, nous sommes tous excellents techniquement. Ce qui est fondamental est l’aspect tactique qui va permettre de remporter des matchs.”

majo-sanchez-alayeto-4-final-santander-wopen-2019

2020 décevant, 2021 prometteur

Aujourd’hui numéro 8 et numéro 9 au classement du World Padel Tour, celles qui ont signé chez Nox la saison dernière ont envie de retrouver les sommets : “En 2020, nous n’avons pas obtenu les résultats attendus, mais nous n’avons jamais baissé la garde. Après chaque match, nous avons analysé les erreurs, et cela nous permet d’être confiantes pour la saison à venir. Nous l’aborderons avec encore plus de “grinta” “.

“Pour 2021, notre objectif sera le même que d’habitude : de l’énergie, de la concentration et de l’engagement qui nous permettent de progresser tournoi après tournoi. C’est le seul moyen d’avoir de bons résultats.”

 

Propos recueillis par Mr Padel Paddle et Corriere dello Sport.

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.