Le World Padel Tour a repris ses droits. Si les conditions ne sont toujours pas normales, nous avons tout de même pu assister à un beau spectacle en direct sur la chaîne du circuit professionnel de padel. Du beau spectacle, mais aussi des matchs rapides et des conditions de jeux qui permettent des smashs éclairs et qui rebondissent très haut.

Vous avez été nombreux à faire ce constat. Essayons d’y voir plus clair.

Les internautes estiment le jeu trop rapide ?

De nombreux internautes dans les commentaires se sont posés la question de la qualité et/ou type de terrain proposé par les organisateurs.

En effet, les fans se sont rendus compte que les conditions de jeu étaient extrêmement rapides.

Chez les dames, nous avons eu de nombreux “Par 3”. Bien plus que d’habitude et cela a permis d’ailleurs de montrer toute l’étendue de la technique des joueuses. Le public virtuel s’est régalé ! Ce jeu plus rapide semblait être intéressant pour les matchs des filles, même si on a pu entendre qu’on perdait un peu ce jeu “léché des dames”, que l’on apprécie habituellement.

Chez les messieurs, c’est un peu différent. A la fois, les internautes applaudissaient ces smashs incroyables du fond de court qui ont fait mouche toute la semaine, à l’image de la balle de match de la finale opposant Lima/Navarro à Lebron / Galan, mais d’un autre côté, nombreux étaient ceux qui se plaignaient d’un jeu beaucoup trop rapide.

Pas simple de trouver la bonne alchimie. Mais ne sommes-nous pas passés à un extrême ?

On a pu facilement se rendre compte que beaucoup de smashs étaient tellement puissants que les sorties étaient impossibles à réaliser.

La stratégie était simple pour la plupart des joueurs : des smashs tout droit avec du lift. Et même si les adversaires étaient collés au filet, la balle était souvent trop haute pour être touchée.

La moquette était-elle différente de celle qui est utilisée habituellement ? Pas à notre connaissance…

La faute / grâce à qui ? A quoi ?

Si les joueurs sont évidemment tous les jours plus forts, plus puissants, la rapidité des échanges n’est pas qu’une impression. C’est bel et bien une réalité.

Certains matchs ont été très rapides. Trop rapides ?

Heureusement, nous avons eu, notamment en quarts de finale, des matchs en 3 sets de toute beauté. Mais il faut le reconnaître, le jeu était plus rapide que d’habitude.

Il y a maintenant quelques années, le World Padel Tour a introduit une moquette plus épaisse, sensée ralentir le jeu et faciliter les défenses, mais il semble qu’aujourd’hui que les joueurs utilisent cette moquette à leur avantage au smash, car elle prend mieux les effets. Cela conjugué à des parois vitrées panoramiques très souples qui agissent un peu comme des ressorts, fait que les smashs avec effet ont remplacé un peu les smashs à plat, uniquement en puissance, qui ont remporté tant de points à Bela pendant des années. Avec cette nouvelle technique, les joueurs sont capables de smasher de plus loin et donc d’écourter les échanges.

Le nouveau format de jeu n’a pas aidé non plus avec le système du “punto de or” qui fait que l’on a plus de jeux à rallonge.

Mais il faut bien l’avouer, le public qui trouvait cette règle très “farfelue” au départ, semble finalement l’apprécier de plus en plus. Notez que l’on ne sait pas pour le moment si elle sera reconduite l’année prochaine.

La faute aux balles ?

Les organisateurs ont utilisé les Head Padel Pro “normale”. Donc à priori, ce n’est pas de ce côté là qu’il faut chercher.

Vous avez été quelques-uns à parler de la Head Padel Pro S, balle parfois utilisée pour justement accélérer le jeu quand le climat et/ou l’altitude ralentissent le jeu. Mais on vous confirme que ce n’était heureusement pas le cas lors de cette étape.

         La faute au climat !

C’est certainement LA raison première de la rapidité du jeu auquel on a pu assister ce week-end. Il a fait jusqu’à 38°C à Madrid, et dans la salle fermée, il faisait très chaud. Cela accentue évidemment la vitesse des balles, et incite les joueurs à raccourcir les échanges, pour éviter que les matchs ne durent trop et qu’ils ne souffrent trop de la chaleur. De plus, il n’a pas plu à Madrid depuis plusieurs semaines et la sécheresse favorise le jeu rapide. Enfin, Madrid est une ville située en altitude, ce qui accentue la pression des balles, et les rend donc plus vives.

A qui profite ce jeu rapide ?

Beaucoup ont avancé des raisons de coûts

Plus les matchs sont rapides, plus le World Padel Tour réalise des économies. A notre sens, cet argument n’a pas vraiment de sens puisque ce sont le plus souvent des contrats à la journée (ou demi-journées).

Par conséquent, que le match dure 1h ou 1h30, cela n’a pas d’impact sur le coût final d’une retransmission. Et l’on voit mal le World Padel Tour tenter de jouer avec ce curseur alors que la retransmission du World Padel Tour est un élément central dans sa stratégie de développement.

Rappelons que le World Padel Tour interdit toute projection en live des matchs à part les siennes. Et pour cela, il faut attendre les quarts.

S’adapter aux critères de la télévision ?

Les matchs doivent être plus rapides pour répondre aux codes / normes de la télévision. De plus, les smashs surpuissants, comme ceux en suspension de Juan Tello, ou ceux depuis le fond du court de Juan Lebron, sont peut-être, comme des dunks en NBA, ce qu’il y a de plus plaisant pour un public non initié. Le WPT cherche-t-il à gagner de nouveaux fans en faisant la promotion de ses meilleurs athlètes ?

Pour éviter les blessures de joueurs avec la reprise ?

Voici un argument intéressant que les internautes ont soulevé : “Le terrain de padel est très rapide pour raccourcir les échanges et faciliter ainsi la reprise pour les joueurs“.

Sauf que l’on peut aussi penser qu’un jeu aussi rapide leur demande un plus grand effort de concentration…

La même chose dans une semaine ?

Le prochain World Padel Tour aura lieu exactement au même endroit dans une semaine. Nous verrons donc si le World Padel Tour peut influer d’une manière ou d’une autre pour que les terrains soient plus lents. Ou alors peut-être que ce style de jeu, qui donne lieu à des smashs incroyables, est plus attractif pour les non habitués ? Peut-être aussi que le WPT ne peut rien y faire, et que ce sont les conditions climatiques qui déterminent la hauteur du rebond…

Franck Binisti

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.