InterviewsACTUALITÉSL'INFO EN PLUS

Jean-Noël Grinda : “On a toujours vécu padel”

Cédric Carité, président la Ligue Nationale de Padel (LNP) a voulu réagir à l’interview ci-dessous de Jean-Noël Grinda en y répondant directement dans son communiqué.
Padel Magazine – Jean-Noël Grinda (JNG), vainqueur de Roland Garros Junior, ancien N°2 français au tennis revient sur son parcours autour du Padel en tant qu’ancien co-Président de la Fédération Française de Padel  (FFP) et grand passionné de ce sport. JNG a choisi Padel Magazine pour sortir de sa réserve et répondre à différents propos. Pour prouver tous ses propos, JNG en totale transparence, a voulu accompagner son témoignage par la mise en ligne du Jugements du tribunal FFT – Carité et la Correspondance entre la FFP et la FTT.

Padel Magazine – Vouliez-vous le rapprochement du Padel avec la FFT ? Et  pourquoi cela a-t-il pris autant de temps ?

Jean-Noël Grinda (JNG) – D’abord, contrairement à ce qui a été dit, j’ai été l’initiateur du rapprochement entre le Padel et la Fédération Française de Tennis (FFT) et ce dès mon arrivée à la tête de la FFP en 2007. Nous avons de nombreux documents, avons effectué plusieurs rendez-vous avec la FFT à Roland Garros avec le Président et ses équipes d’alors. Si la FFT a maintenant intégré le Padel, l’ambition pour nous  ne date donc pas d’hier.

Padel Magazine – Vous avez dit hors interview, que vous regrettiez que certaines personnes aillent jusqu’à critiquer l’intégrité et la reconnaissance de la FFP… 

Nous avons été une fédération pendant 22 ans. J’ai été co-Président de la FFP pendant 7 ans.

Nous avons bénéficié d’une Convention signée avec le Jeu de Paume (Sur directive de Dominique BREDIN Ministre des Sports de l’époque) et de subventions du Ministère des Sports pendant 21 ans.

En 2009 la Fédération Française de Tennis nous a octroyé une subvention de 20.000 euros afin de nous aider à développer le Padel en Ile-de-France, premier pas vers un rapprochement définitif (un projet de Convention de Partenariat FFT /FFP ayant été rédigé avec Mr BAUD à la demande de Christian BIMES).

L’ébauche d’un plan national de rénovation de dizaines de courts de tennis peu utilisés en courts de Padel avait même été évoquée pour diversifier l’offre de ces clubs.

Nous avons organisé un championnat du monde en 2000 avec 14 nations, Place du Capitole à Toulouse, un championnat d’Europe à AIX en PROVENCE en 2009 et participé à tous les championnats d’Europe, du Monde organisés par la FIP (dont nous étions membre)

Pensez-vous réellement que nous aurions pu faire tout cela si nous n’avions pas la reconnaissance adéquate ?

Alors oui quand je lis ici ou là ou encore quand j’entends certains critiquer de manière scandaleuse la FFP, que nous aurions profité de la situation pour nous enrichir, et j’en passe, je trouve cela risible !

Padel Magazine – Pourquoi avoir pris en main la FFP ?

La FFP était en redressement judiciaire avec un plan de continuation pour apurer 50382 euros de dettes en 10 ans, dettes que nous avons héritées du passé et réduites de moitié aujourd’hui. Les responsables d’alors sont venus vers moi pour que je les aide.  J’ai posé comme seule condition à mon arrivée que je puisse diriger le Padel vers la FFT car je pensais que c’était la meilleure garantie de développement de ce sport qui m’est si cher.

Avec mon statut d’ancien joueur de Coupe Davis de Tennis et ma relation privilégiée avec Christian Bimes le Président de la FFT d’alors, je pensais pouvoir y arriver en un temps assez rapide. Le comité de la FFP de l’époque avait accepté ma proposition et je suis donc devenu le co-Président de la FFP. C’était le seul motif de mon arrivée dans le Padel.

Mais alors pourquoi a t-il fallu tant de temps pour que  la FFT intègre le Padel ?

Christian Bimes  n’a pas souhaité se représenter  en 2009 alors qu’il était pour l’intégration immédiate du Padel. Lorsque Jean Gachassin est devenu le nouveau président de la FFT, le Padel n’était plus une priorité urgente pour la FFT. Il l’a d’ailleurs clairement exprimé dans un courrier qu’il nous a adressé il y a 5 ans.

Il nous été demandé alors par le Ministère d’être une Fédération indépendante. Mais ce n’était pas possible. Trop compliqué, trop de dettes, et puis il fallait avoir un certain nombre de licenciés, être un sport suffisamment mature…. Ce qui n’est toujours pas le cas.

Et puis en 2013 nous nous sommes retrouvés sans subvention, J’ai payé de ma poche plusieurs milliers d’Euros ainsi que d’autres membres du Comité d’ailleurs, afin de retarder l’échéance de la liquidation le plus possible.  Nous avons donc demandé d’être mis en faillite très logiquement car nous ne pouvions plus payer nos dettes.

Toutes ces raisons ont fait qu’il a fallu plus de temps que prévu pour qu’aboutisse ce rapprochement. Mais c’est fait. J’en suis ravi et j’espère que la Padel va vraiment exploser. On observe d’ailleurs un très net développement du Padel depuis une ou deux années.

Vous m’expliquiez avoir été déçu par Cédric Carité et même avoir de la tristesse. Pourquoi ?

Cédric Carité est un bon joueur, il jouait avec mon fils en équipe de France, et je l’ai reçu chez moi. Nous lui faisions confiance, et l’avons aidé sur tous les plans à se lancer dans le Padel. La FFP en avait fait son seul salarié et l’avait nommé DTN. En retour il a coûté fort cher à la FFP (25000 euros de frais d’avocat (2013, 2014)) pour plusieurs procédures engagées par ses soins. Il est devenu « persona non grata » dans de nombreux clubs français en raison d’un comportement choquant, sur ou en-dehors du terrain et cela c’est terminé par une action illicite vis-à-vis de la FFP, action  pour laquelle il a été condamné. (Jugements du tribunal FFT – Carité)

Triste et déçu … Oui !

Changeons de sujet, si vous me le permettez, pour parler de votre histoire autour du Padel… Elle commence peu après votre carrière de Tennis ?

J’ai toujours vécu Padel.

Je connaissais effectivement Enrique Corquera le fondateur du Padel dans les années 70 et nous avions mis en place une dizaine de terrains privés de Padel à Acapulco.  A l’époque nous nous réunissions chaque année autour de la période de Noel afin de disputer ce qu’on appelait pompeusement nos «championnats du monde ».  C’était assez pittoresque car il n’y avait pas de clubs et les matchs se jouaient sur différents courts dans différentes maisons privées!  De plus, chaque maison avait des règles différentes en fonction de la spécificité du court.  Les dimensions n’étaient jamais les mêmes, la hauteur du filet, des murs, (voir l’absence de certains murs !) n’étaient pas identiques et chaque maitre de maison avait son avis sur comment le jeu devait se jouer.  Interdiction de faire service volée, ou de smasher la balle en dehors du terrain en était certains exemples!   Inutile de vous dire qu’il y avait déjà beaucoup de débats, mais toujours dans la bonne humeur.

Heureusement avec le succès le jeu s’est standardisé peu à peu pour finalement arriver aux règles et dimensions que l’on connaît aujourd’hui.

Depuis deux ans, le Padel a finalement pris un essor extraordinaire. Les gens qui essayent sont passionnés par le Padel, les jeunes comme les seniors. J’ai été opéré du genou et pourtant le Padel me permet de m’amuser énormément. J’y joue quasiment tous les jours avec ma femme et tous les voisins qui s’y sont tous mis.  Mon terrain se trouve dans mon jardin, c’est vous dire.

Quel est l’avenir du Padel pour vous ?

Le Padel a un avenir formidable. Grace à la prise en charge par la FFT, le Padel bénéficiera enfin du soutien logistique et structurel qu’il mérite et qui lui permettra de devenir pérenne.  Le Padel est le sport parfait pour complémenter l’offre dans les clubs de Tennis.  Voyez ce qui se passe en Espagne où les clubs de Tennis ont connus un nouvel élan avec l’implantation de courts de Padel pour diversifier l’offre aux clients.  Au point de devenir un sport national.

J’espère que très bientôt je verrai cela en France car c’est juste un sport phénoménal.

Franck Binisti – Padel Magazine

Ps : Merci à contraste-photographe.com pour la réalisation de ces belles photos.

About the author

Après l’obtention de son diplôme de moniteur de padel de la Fédération Madrilène de padel, Franck Binisti crée avec un petit groupe : Padel Magazine. Ce site deviendra le premier site web de padel français. Grâce aux lecteurs, Padel Magazine mettra en place l’annuaire de padel GOTOPADEL. Franck gère également le développement de la National Padel Cup en partenariat avec Christophe Lesage et la National Tennis Cup.

Sur le même sujet:

Franck Binisti

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
X
X
Lire les articles précédents :
Les femmes spectaculaires – les hommes décevants

Padel Magazine - Après deux finales épiques, les numéros uns mondiaux se sont enfin imposés tranquillement en se débarrassant de la jeune garde du padel mondial en finale du WPT...

Mode d’emploi pour choisir sa raquette

Padel Magazine - Frédéric Bertucat nous avait déjà offert dans un premier volet un article sur la manière de choisir sa raquette de padel. Ici, il revient sur la conception...

Mois de folie pour le padel

Padel Magazine - Le padel s'emballe depuis deux ans, mais ces prochaines semaines, le padel francophone jouira d'un mois exceptionnel. 1/ Le 24 septembre : Padel Attitude inaugure son club avec une...

Fermer