L’ancienne n°1 madrilène, Carolina PRADO, coach de l’équipe nationale de padel de la Grande Bretagne et actuelle 1ère joueuse en Grande Bretagne répond aux questions de Lorenzo Lecci Lopez.

Cette grande joueuse nous donne sa vision de développement du padel en France, de ses performances, mais aussi de ses problèmes.

Tennis et padel : des intérêts en commun

Je pense que c’est bon jusqu’à un certain point que les deux sports soient liés dans une Fédération, mais il y a beaucoup d’intérêts en commun. À long terme elles devraient se séparer. Dans d’autres sports les fédérations se sont séparées. Évidemment le padel a besoin d’un investissement plus important, mais d’un point de vue politique, une gestion commune est très difficile.

 C’est bon dans certains aspects que les deux sports se donnent la main, mais d’un autre coté, ceux qui gèrent le tennis ne laisseront pas le padel prendre l’avantage.

C’est malheureusement l’histoire qui se répète.

Une Fédération de tennis : c’est plus de visibilité

Pour le moment, je pense qu’il faut continuer avec la fédération de tennis pour augmenter la visibilité du padel et utiliser la structure pour atteindre les clubs de tennis. Or, j’envisage un projet sérieux à moyen terme dans lequel il y aurait une rupture à l’amiable entre les deux sports et que le padel puisse grandir par lui-même.

La Fédération de tennis et la Fédération de padel en Espagne ne se parlent quasiment pas. Les seules collaborations qu’elles font sont à l’initiative du World Padel Tour. Par exemple, lorsqu’un terrain de padel est posé pendant le Mutua Madrid Open de tennis.

Le padel est totalement indépendant du tennis en Espagne. Ici en Grande-Bretagne c’est pareil, la fédération de tennis ne nous accorde aucune importance, nous ne sommes rien pour elle. Pourtant la fédération du padel a intégré celle du tennis au Royaume-Uni.

Que ce soit en France ou ailleurs, c’est loin d’être si simple.

Si la fédération de tennis continue de contrôler le padel, elle ne va pas permettre au sport de se développer. En Espagne, il y a déjà plus de licenciés de padel que de tennis. Je pense que si les choses continuent ainsi, la fédé de tennis va vouloir bloquer un sport qui peut leur faire de l’ombre.

Le football et le futsal ne sont pas ensemble

A court terme, être avec une fédération de tennis est une bonne chose. Cela permet d’être plus fort ensemble. Mais comme d’habitude, beaucoup de choses dépendent de la capacité des gouvernants à appliquer une politique équilibrée.

Or, en général, ce n’est pas le cas, ce qui provoque des conflits et une scission.

Le football et le futsal ont chacun leur fédération… et les deux sont du foot.

En France, la fédération de tennis est si influente que je ne vois pas très bien comment le padel pourra sortir de la FFT si cette dernière n’est pas d’accord.

La FFT s’investit dans le padel. Oui mais…

La FFT investit dans le padel. C’est évident. Mais d’après ce que je vois, il y a toute une organisation à trouver. Car, certes la FFT est puissante, certes elle débloque des fonds qui sont très importants par rapport à toutes autres fédérations, mais n-y-a-t-il pas du gaspillage dans toute cette politique ?

Je pense qu’à terme, les deux sports devront se séparer. Car quand on voit certains gâchis on se dit vraiment que c’est dommage.

Le discours de certains joueurs évolue

Il m’arrive de parler avec certains tops joueurs français. Je constate qu’ils défendent la FFT alors qu’il y a peu, ce n’était pas vraiment le cas. Je ne sais pas si c’est pour être diplomates, pour garder une bonne relation avec la FFT ou si c’est vraiment ce qu’ils pensent.

Mais tant mieux si tout se passe bien finalement. Après est-ce réellement une photographie de ce que pense tout le monde en France ?

Les clubs et joueurs amateurs tendent plutôt du coté d’une fédération indépendante à terme je pense. En tout cas, nombreux sont ceux qui estiment que la FFT ne fait pas suffisamment le travail malgré son énorme force.

On peut considérer que toutes les personnes qui peuvent percevoir de l’argent à court terme de la FFT vont soutenir la FFT, c’est de la promotion immédiate. Mais c’est partout pareil dans tous les domaines. Et je rappelle que dans le padel, il y a encore relativement peu de possibilités de gagner sa vie tout en jouant.

Mais on doit essayer d’avoir à l’esprit qu’il faut viser le long terme et non le court terme. Bien plus facile à dire qu’à faire…

Lorenzo Lecci López

À ses noms, nous devinons ses origines espagnoles et italiennes. Lorenzo est un polyglotte passionné de sport : le journalisme par vocation et l’événementiel par adoration sont ses deux jambes. Son ambition est de couvrir les plus grands événements sportifs (J.O. et Mondiaux). Il s’intéresse à la situation du padel en France, et offre des perspectives pour un développement optimal.