Interrogé par Padel Magazine, Bernard Giudicelli, l’ancien Président de la FFT, membre du Conseil Supérieur du Tennis, et vice-président de la Fédération Internationale de tennis en charge du développement a commenté les récents propos du Président de la FIP, Luigi Carraro.


Rappel du communiqué de presse du 29 mars dernier et des propos du Président de la FIP :

Je me réjouis ainsi que la FFT souhaite donner une nouvelle impulsion au développement du padel en France.

La FIP a en effet besoin du soutien de la France dans son projet de développement.


Luigi Carraro espère la FFT dans les rangs de la FIP. « N’était-ce pas déjà le cas ? » s’étonne l’ancien président de la FFT.

Des mots de Luigi Carraro, l’actuel président de la FIP dont le mandat a été renouvelé pour une durée de 4 ans, qui manifestement ont surpris l’ancienne équipe de la FFT.

Bernard Giudicelli, nous précise le fond de sa pensée.

« Nous avons apporté un soutien quand la FIP en avait le plus besoin »

A un moment où Luigi avait le plus besoin de la FFT, nous avons répondu présent et ce dès sa nomination à la FIP en 2018. Je tiens à le rappeler.

Il a mené une campagne qui est la sienne. Et nous l’avons soutenu malgré de nombreux vents contraires à l’époque. 

Luigi Carraro m’avait sollicité. La facilité de la langue, le fait qu’il parle très bien français, le fait que je parle italien nous avait rapproché.

On avait envoyé nos équipes au Paraguay. Et nous avons apporté un soutien depuis constant à la FIP

bernard giudicelli fft padel tour

« Loyal malgré des vents contraires »

La FIP était à l’époque en mauvais état avec de nombreux détracteurs dont l’Espagne et le Portugal, de grandes nations du padel qui voyaient les choses autrement et qui s’étaient d’ailleurs rapprochées de la Fédération Européenne de Padel. 

Pourtant, nous avons toujours été loyaux vis-à-vis de la FIP. On avait une vision très structurée. Le padel doit grandir par lui-même mais il a besoin pour moi dans les pays européens de s’adosser à une économie du tennis. 

« On voulait légitimer la FIP »

On voulait éviter que le padel devienne un souffre-douleur du tennis.

On voulait légitimer la FIP grâce à notre appui.

Et la FIP a pu se reposer sur la force de la FFT. Avec nos soutiens européens de la FFT, on a accompagné la FIP pour être consolidé à un moment où ce n’était pas simple pour elle. 

Il essaie de trouver d’autres amitiés. Je regarde cela avec une certaine philosophie.