L’Association Française des Clubs de Padel (AFCP) regroupant les clubs de padel privés est officiellement devenue une réalité. La FFT devra ainsi composer dorénavant avec cette puissante structure.

Un rendez-vous avec le Fédération Française Tennis est déjà prévu dès le mercredi 1er juillet avec l’AFCP. Une entrevue qui se veut déjà “décisive” pour la suite du développement du padel français.

Kevin Tournemire, le Président de l’AFCP, répond à nos questions.

  • L’Association Française des Clubs de Padel : Pourquoi ?

Le marché Français a une particularité, il est principalement développé par les structures privées. Aujourd’hui, 84% des pistes indoor sont opérées par les acteurs privés, et nous estimons que +70% des joueurs sont dans nos structures contre environ 30% dans les clubs de tennis qui ont développé du padel.

Aucun sport aujourd’hui n’est dans cette situation, et se développe sans aucune aide publique malgré son affiliation à une Fédération.

Partant de ce constat, nous avons profité du confinement pour prendre le temps de réfléchir à l’opportunité de s’unir afin de structurer notre discours, parler d’une seule voix et peser plus fortement dans les discussions autour du développement de notre sport.

  • Quels sont les objectifs ?

L’objectif de l’association est triple :

    • Développer le padel en France
    • Offrir la meilleure expérience joueur possible
    • Défendre les intérêts des clubs privés

En quelques semaines, l’AFCP compte déjà 51 membres qui représentent 194 pistes et 50 000 pratiquants, c’est énorme !

Le bureau est composé de 7 personnes :

    • Président : Kevin Tournemire (Toulouse Padel Club)
    • Vice-Présidents : Sébastien Cornet (Esprit Padel Lyon)
    • Antoine Couvercelle (Big Padel Bordeaux)
    • Thomas Dulion (4Padel représentant 18 clubs)
    • Alain Henry (Le Mas Perpignan)
    • Olivier Sanviti (Casa Padel)
    • Trésorière : Elisabeth Wolf (Club de l’Adour)

Nous invitons tous les clubs intéressés par la démarche à nous rejoindre !

  • Quel est son programme ?

Afin de développer la pratique, le 1er chantier identifié est la collaboration avec la FFT. Nous sommes à ce jour persuadés que nous pouvons et devons aller beaucoup plus loin et aboutir à un bien meilleur résultat en travaillant sur les forces des 2 entités pour développer la pratique.

Nous avons demandé et obtenu un rendez-vous mercredi 1er juillet pour présenter des propositions à la FFT. Nous avons préparé une liste de propositions concrètes et impactantes, sur lesquelles nous espérons des réponses claires et engageantes autour de 5 grands thèmes :

    • La compétition
    • L’adhésion
    • La communication
    • Les relations avec les clubs publics
    • La formation

Nous sommes impatients de concrétiser ce premier chantier, et d’attaquer les suivants qui seront axés sur la promotion de notre sport (évènements, communication) et la défense de nos intérêts (concurrence avec le public, accès aux subventions, refonte des taxes…), afin d’assurer la pérennité des clubs privés et donc du padel en France.

L’objectif final de cette collaboration avec la FFT est de protéger le modèle des clubs privés qui assurent le meilleur pour les joueurs ! Un accueil de qualité, une prise en charge des nouveaux pratiquants, l’organisation de belles compétitions, un enseignement délivré par des professeurs compétents.

  • Qu’entendez par la protection des intérêts des clubs et des joueurs ?

Aujourd’hui la majorité des joueurs de padel plébiscite les structures privées pour leurs infrastructures de qualité, leur accueil personnalisé et l’animation quotidienne sur et en-dehors des terrains !

Pourtant ce modèle de club est fragilisé par des politiques publiques qui subventionnent des terrains municipaux qui altèrent l’image et la pratique du padel.

Contrairement aux clubs publics, les privés n’ont jamais bénéficié d’aides publiques ou de subventions pour se développer. Nos clubs doivent supporter des charges fiscales inexistantes pour les structures municipales, ce qui aboutit alors à une véritable concurrence déloyale entre les clubs privés et publics.

Protéger les clubs privés, c’est en réalité protéger le padel que les joueurs aiment, défendre une pratique de qualité et préserver l’avenir de ce sport !

  • Si demain, vos demandes n’étaient pas suivies par la FFT, quelles pourraient être les conséquences ?

L’Association souhaite travailler main dans la main avec la FFT pour accompagner la montée en puissance du padel. Nous allons échanger sur des propositions positives pour les joueurs, les clubs de padel et la FFT. Nous sommes persuadés de la réussite de cette collaboration !
Franck Binisti

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.