L’actuel numéro 8 français de tennis, Lucas Pouille, est un grand fan de padel. Au Big Padel Bordeaux et au micro de l’un des plus célèbres photographes de tennis au monde, Antoine Couvercelle, le 58e joueur mondial nous donne ses premières sensations padelistiques.

Nous avons fusionné 2 discussions / interviews. En voici les meilleurs moments.

S’amuser intelligemment

C’est toujours un plaisir de jouer au padel. J’aime jouer à ce sport lors de mes temps off. C’est à la fois une bonne manière de faire autre chose que du tennis et de manière ludique.

Et puis ça permet de jouer en équipe et de s’éclater avec des amis. C’est peut-être ça qui manque au tennis : on est seul alors que là, on peut vraiment partager à fond sur le terrain.

Ca fait du bien sur tous les plans : moralement, c’est une très bonne chose et puis ça permet de s’amuser intelligemment car le padel a des bases dans le tennis comme la volée, certains coups… Même si je sais bien qu’il faut faire attention à ne pas trop jouer tennis sur un terrain de padel.

Des bugs avec les murs

J’ai encore beaucoup à faire au padel. Je dirais même qu’il y a tout à faire. J’ai une vingtaine de parties dans les pattes. Va falloir en faire plus pour bien comprendre tous les aspects du padel.

Par exemple, j’aimerais bien comprendre un peu mieux les murs. Mais je fais le maximum pourtant sur le terrain, mais il peut m’arriver d’avoir quelques bugs avec les murs.

Au padel, les échanges durent souvent. On se retrouve à faire des coups vraiment marrants et atypiques.

Le padel, un sport à part

 Quand je vois le niveau français dans le padel, on comprend rapidement que c’est bel et bien un sport à part.

J’ai eu la chance de jouer contre de bons joueurs français et on comprend très rapidement qu’on ne joue pas dans la même cour. J’ai encore beaucoup de chemin à faire pour espérer en taquiner quelques-uns…

Mais encore une fois, le padel pour moi, c’est surtout un moment pour s’amuser… Après on ne sait jamais…

On me reverra sur les terrains de padel

Nous avons la chance d’avoir de très belles infrastructures en France. Le BIG PADEL BORDEAUX par exemple où l’on s’est bien amusé en extérieur. Et puis il y a aussi le club parisien, Casa Padel avec beaucoup de terrains de padel.

Ca paraît évident que le padel a un bel avenir et il y a fort à parier qu’on me reverra sur les terrains.

Retrouvez une partie de l’interview d’Antoine Couvercelle ici :

Franck Binisti découvre le padel au Club des Pyramides en 2009 en région parisienne. Depuis, le padel fait partie de sa vie. Vous le voyez souvent faire le tour de France en allant couvrir les grands événements de padel français.