Jérôme Inzerillo : “Être bon durant le stage !”

Jérôme Inzerillo, actuel 7e joueur français, était présent lors du Master Final du Cupra Padel-Point Tour. Participant au P500 de l’étape, il a accepté de revenir avec nous sur son actualité du moment.

“Les joueurs français ont beaucoup progressé”

Padel Magazine : Le P2000 des Pyramides vient de se terminer, quel bilan peux-tu tirer de la compétition de manière générale ?

Jérôme Inzerillo : “Le niveau général était assez intéressant. J’ai beaucoup aimé partager la piste avec Johan (Bergeron), c’est vrai que c’était le premier tournoi qu’on jouait ensemble. Après, sur le niveau général, je trouve que les joueurs français ont beaucoup progressé : je pense que c’est dû au nombre de tournois qu’il y a en France… même s’il n’y a pas beaucoup de P2000.

On ne s’est pas tous retrouvés cette année d’ailleurs sur les P2000, à part peut-être durant celui de Padel Horizon. C’est un peu dommage, mais c’est dû aussi au calendrier chargé de la FIP, du WPT, de l’APT.

C’est bon signe si on a l’opportunité de jouer toutes les semaines en tout cas.

Padel Magazine : On a pu voir que des points litigieux ont fait partie de la “dramaturgie” de cette 3e manche décisive en finale du P2000 des Pyramides. Avec du recul, comment analyses-tu cette situation ?

Jérôme : “Cela fait partie du jeu, et c’est quelque-chose qui se passe sur l’instant présent. Il n’y a aucune rancœur de mon côté, après on peut avoir des litiges tout ça… mais il n’y a jamais rien de méchant. On a remis le point, après il y a eu deux autres points litigieux. Pour moi il n’y a aucun problème, il faut bien différencier ce qui se passe sur le terrain et ce qui se passe en dehors.”

“Mon compi c’est Jesús Ruiz”

Padel Magazine : Tu as joué aux côtés de Jo Bergeron la semaine dernière (pour la première fois). Mais tu as également joué cette saison avec Jesús Ruiz, Max Moreau, Exequiel Mourino pour ne citer qu’eux. Est-ce que Jérôme Inzerillo possède un compi “titulaire” à l’heure actuelle ?

Jérôme : “Cela va être surprenant, mais oui j’ai un compi titulaire (rires) ! On s’était lancé pour la deuxième moitié de saison avec Jesús Ruiz. Mais le problème, c’est qu’il y a beaucoup de contraintes : il faut avoir le même planning, les mêmes envies au même moment donc ça c’est assez compliqué. Mon compi c’est Jesús, mais dès qu’il ne peut pas je suis obligé de trouver de toute manière un autre partenaire.”

Son bilan de la saison actuelle

Padel Magazine : Nous sommes en train de dépasser le stade de la mi-saison, mais de ton point de vue, comment juges-tu ta saison jusque-là ?

Jérôme : “Alors oui forcément, j’ai des axes de progression dans tous les domaines. Au niveau du jeu, j’ai beaucoup de choses à travailler. De toutes les manières on a toujours quelque chose à travailler. En terme de progression l’idée est de faire un focus sur tout ce qui est volée, défense…

Ma saison, je la juge plutôt bonne, après j’ai loupé beaucoup de tournois : des partenaires qui se sont blessés ou par exemple Jesús qui m’a planté sur 2-3 tournois super importants.

Je pense que j’aurais pu faire une autre saison si j’avais fait tous ces tournois, notamment en terme de classement : parce que ça me fait perdre pas mal de points… Mais bon je juge tout de même ma saison assez bonne, j’ai quand même fait des demies, des finales, etc. Beaucoup de bons résultats, même s’il m’a manqué 2-3 victoires importantes pour passer un cap.

J’espère que sur cette fin de saison ça va se décanter, et pourquoi ne pas aller chercher un titre ?”

Jérôme Inzerillo (à droite) avec son partenaire espagnol Jesús Ruiz.

Avec Maxime Forcin lors des championnats de France pour “faire un bon résultat”

Padel Magazine : Tu as de grosses échéances qui arrivent, mais je souhaitais revenir avec toi sur les championnats de France qui approchent à vitesse grand V. Avec qui vas-tu les jouer ? Est-ce que tu t’es fixé des objectifs ?

Jérôme : “Je vais jouer avec Maxime Forcin, on s’est qualifié dans la ligue de Normandie. On s’était lancé ensemble l’année dernière, quand il m’a proposé le projet. Je trouvais qu’il jouait très bien, après on n’a pas eu la chance de faire beaucoup de tournois. Mais on a déjà remporté un tournoi, on a bien joué et fait des bons matchs… Maintenant, dire qu’on va gagner les championnats de France, je ne suis pas certain mais en tout cas on va y aller pour faire un bon résultat, tout donner et puis on verra comment ça se passe.”

L’équipe de France : “Je pense avoir fait une bonne saison pour y être”

Padel Magazine : L’équipe de France, avec les mondiaux en fin d’année, est-ce que tu y penses ?

Jérôme : “J’aimerais bien ! Dans la continuité de l’année dernière et de la bonne saison qu’on a faite en équipe de France. Là ça fait déjà un an, c’est la deuxième année… Je pense avoir fait une bonne saison pour y être, après on ne sait jamais. Il y a un stage dans 15 jours, il va falloir être bon durant ce stage, se donner à fond et les choix, ce sera au sélectionneur de les faire. Mais en tout cas, s’il me sélectionne, je serai à 200% avec l’équipe et derrière l’équipe si je ne joue pas. “

Padel Magazine : On sait que tu es très investi en dehors des pistes de padel, peux-tu nous parler de ton actualité ?

Jérôme : “Je fais énormément de choses en dehors des courts : j’ai une académie de tennis où j’entraîne trois gamins, je vais peut-être en récupérer deux autres du coup ça me fait beaucoup d’heures sur le terrain. Je donne des cours privés de padel aussi ; j’ai commencé un nouveau travail d’agent dans une agence qui s’appelle K2M : j’aide des joueurs de padel à trouver des partenaires en matière de sponsoring pour qu’eux aussi puissent partir avec de quoi faire en terme d’argent.

Et puis on vient d’ouvrir un site internet, spécialisé dans l’organisation de stages de padel à l’étranger avec un premier stage en décembre à Marbella. Il y en aura 5 ou 6 l’année prochaine, dans des lieux qui changeront de l’Espagne : peut-être la Hongrie, la Croatie… pour développer le padel mais aussi découvrir de nouvelles destinations. On ne fait pas QUE du padel durant ces stages, on découvre des villes, de nouvelles cultures, etc.”

Le Cupra Padel-Point Tour : “Pour moi le padel, c’est ce type d’évènement”

Padel Magazine : Tu as pris part au P500 du master final de ce Cupra Padel-Point Tour. Certes, aujourd’hui, nous nous retrouvons dans un cadre encore plus beau qu’à l’accoutumée, mais toi, qu’est-ce que ce circuit t’inspire ?

Jérôme : “Je trouve que c’est une bonne chose pour le sport et le développement du sport. Pour des joueurs amateurs de découvrir un environnement professionnel, c’est vraiment top. J’ai suivi le Tour depuis le début, et je trouve en venant ici qu’il y a une bonne ambiance, que c’est une magnifique manière pour les gens de pouvoir échanger avec des joueurs pros.

Pour moi le padel, c’est exactement ce type de d’évènement. De la bonne humeur, de la convivialité, des matchs et la fête, je trouve que ce côté social bénéficie au padel.”

Publié par
Nasser Housseini