Accueil / ACTUALITÉS / Romain Taupin analyse la Finale de Beausoleil
Découvrez tous les clubs de padel dans votre région !

Romain Taupin analyse la Finale de Beausoleil

La victoire des Espagnols lors de la final Homme au padel club de Beausoleil n’a surpris personne. La paire Ritz/Scatena avait en face d’eux, des joueurs de classe mondiale jouant un très bon et beau Padel.

Dans quel domaine du jeu les Espagnoles nous surpassent-ils?

Pour illustrer les différences entre nos Français et leurs adversaires Espagnoles, j’ai analysé le match de ce dimanche en détail.

Différence numéro 1: Les Espagnols dominent la volée, ils tentent plus et attaquent.  

Le petit regret qu’on peut avoir en regardant cette final, c’est que les Français n’ont pas tenté de faire mal. Ils ont assuré leurs coups et c’est tout, comme si la stratégie était de ne pas faire de fautes au lieu d’aller gagner les points (Les Français ont d’ailleurs commis moins de fautes que les Espagnols 18 contre 21).   Sur les 15 points gagnants du match remportés par les Français, 7 sont des smashs (dont 5 de Scatena) et 3 sont des volées .

Côté Espagnol, sur les 35 points gagnants, 15 sont des Smashs et 13 sont des volées. Cela montrent que les Espagnoles nous sont supérieurs à la volée mais pas tant que ça dans le domaine aérien (Smash).

Autre point important, les Espagnols ont commis la majorité de leurs fautes lors des phases d’attaque, ce qui montre qu’ils dominent l’échange et n’ont pas peur de tenter.

« Qu’importe si je rate 2 volées car j’en gagne 8 après ».  

Les Espagnols ont imposé leur jeu. Les Français à l’inverse ont assuré leurs coups, n’ont presque pas fait de fautes à la volée mais ils n’ont presque jamais gagnés de points non plus dans cette position…

Différence numéro 2: Les Français donnent des cadeaux.  

10 points donnés en retour soit 2 jeux et demi donnés. A ce niveau là, ça se paie cache. Il est vrai que les espagnols réalisaient de « bons services« . Mais comme me disait un grand coach Espagnol:  » Il n’y a pas de bon service au padel, il n’y a que des mauvais retours ! « .     

Différence numéro 3: Les Espagnols construisent le point et font bouger l’adversaire.   

Si vous revoyez le match, c’est impressionnant de voir la qualité de construction des points de la paire Espagnole.

La variation est la clef: Une balle à droite, une balle à gauche, une sur la grille, une amortie, un lob, une balle forte, une balle avec effet…etc… La variation est la base du padel et les Espagnols dominent cet aspect à la perfection.

L’homme du Match: ARIAS   

Bien que Castanon ait fait un bon match, Arias a été l’homme fort de la paire Espagnole. Il a effectué a peu près le même nombre de coups gagnants que son compatriote (16 points gagnant Arias, 19 Castanon) mais il n’a fait que  6 fautes contre 15 pour Castanon.

Son premier set fut une démonstration de classe, sur les 46 coups qu’il a eu à effectuer lors de la première manche, en dehors des retours et des services qu’il a eu à réaliser, il a effectué 12 coups gagnants ce qui signifie que tous les 3 à 4 coups en moyenne, il finissait le point (contre tous les 9 coups pour Castanon au premier set)… Un monstre.

Romain Taupin – Padelonomics
Aidez-nous à développer le pade

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

X